Borali – Coton japonais et mariage mixte – 2nd drop

Nous y revoilà ! Deux mois et une semaine se seront passés depuis ce premier lancement Borali. Et je peux te dire que Julien et moi balisions sévère au moment des derniers ajustements. On aura peu dormi cette semaine-là. Et ce second drop prend la même tournure : tout ficeler dans les derniers jours pour que tout se passe au mieux. Peu de sommeil, beaucoup de stress mais l’excitation prend une nouvelle fois le dessus. On a hâte de te montrer notre nouvelle collection ! On a gardé le cap upcycling, on tresse toujours nos colliers à la main, avec toujours l’étendard Street Heritage en toile de fond.

Nous ne nous sommes pas contentés de sortir un second drop en surfant sur le premier, nous avons pensé à améliorer et à singulariser un plus encore nos pièces. Cela a entraîné pas mal de petites choses en plus, ce qui explique aussi ce délai. Je t’explique tout ça dans les lignes qui suivent.

Nous n’avons bien sûr pas abandonné le projet « Noragi Borali », au contraire, et malgré de sacrés rebondissements, on est sur le point de mener les choses exactement comme nous le voulions. Les accessoires demandent beaucoup de temps et d’énergie, je vais vous expliquer un peu tout cela aussi dans l’article.

Avant cela, je tiens à revenir sur le premier drop. Si la préparation a été intense, l’accueil a été époustouflant. On aurait jamais misé sur un soldout aussi rapide. Démentiel ! Vous avez été nombreux à réagir sur Instagram et avec une bienveillance qui m’a vraiment touché. Merci, vraiment. Je vous dois les détails du déroulement et quelques focus sur des points dont je ne pouvais pas parler avant le lancement.

Allez, c’est parti pour le débriefing !

Débriefing du premier drop

Si tu découvres notre projet, tu as tout le détail de la conception et du lancement de nos colliers tressés ici. Je vais revenir sur ce 27 juillet 2019 et ce premier drop lancé à 12h00. Pour que cela reste lisible, je te fais la « big picture » par grandes lignes.

Un soldout en 3mn !

12h03… Il s’agissait d’un lancement test et nous avancions complètement à l’aveugle au final. Si vous êtes étiez nombreux à nous écrire, intéressés, curieux ou simplement nous encourager, nous n’avions pas de statistiques. Les quantités étaient limitées, une petite quarantaine. Avec du recul, on peut se dire que c’était peu. Il reste que l’upcycling limite les quantités de matière et que la manière dont nous faisons nos colliers demande des dizaines et des dizaines d’heures de travail. On pensait avoir un stock qui tienne une semaine. C’était le weekend des grands départs en vacances, et la fin du mois, pas la panacée pour un lancement en théorie.

Ça a conditionné ce second drop : trouver de quoi en faire plus, en gardant l’esprit de « collection » avec une thématique.

La communication

C’est un grand mot, voire un gros mot parfois. Par là, j’entends le dialogue qu’on instaure avec chacun de vous et qu’on essaie d’être le plus transparent et sincère. Pas la transparence marketing ni la sincérité markéteuse non, simplement de te partager les bonnes infos pour que tu découvres nos produits et te fasses ton propre avis. On a trois canaux : le blog, Instagram et l’e-mail.

Le blog : le poids des mots

Chaque article Borali, c’est pour moi l’occasion de partager le plus d’info, de mettre l’accent sur le moindre détail et peut-être le moment le plus « intime » avec toi. A l’heure du « tout pour l’image et la vidéo » des réseaux sociaux, se retrouver ici et être lu, c’est un moment particulier. Et on partage bien plus. 5 000 mots exactement. Les vues ont récompensé « numériquement » l’effort. Avec Julien, nous voulions vous amener avec nous dans notre kiff  Street Heritage et l’aventure Borali. Nous sommes allés dans le détail, tant sur la conception et nos objectifs, que dans le stylisme avec des tas de tenues.

Instagram : la force de l’image

Instagram, c’est de l’image, de l’échange direct et un moyen facile de partager les infos comme la date et l’heure d’une sortie. Je pense qu’on a fait ce qu’il fallait, on a essayé de ne pas trop être « relou » en tabassant à outrance. Seuls inconvénients, ce n’est pas un outil universel, certains ne l’utilisent pas et surtout, on ne maîtrise pas l’algorithme. Si tu ne t’abonnes pas à mes posts, rien ne t’assure que tu verras les infos passer. Frustrant quand tu produits du contenu !

La newsletter : le sens du timing

Et c’est à cela que e-mails et newsletters sont censés répondre. On peut partager un message à quelqu’un qui a donné son accord et on maîtrise l’heure d’envoi et donc potentiellement de lecture. Idéal pour lancer un produit (toutes les marques DTC type entrepreneur d’école de commerce, reposent sur des stratégies de mailing par exemple). Nous, nous avons deux bases, le blog et le site Borali. En grand génie du marketing, j’ai découvert le jour du lancement que celle du blog ne marche pas bien depuis des lustres et tout s’est envoyé au compte-goutte. Certains recevant le mail alors que nous étions déjà soldout… Mes excuses, j’ai encore beaucoup à apprendre (et le problème n’est pas réglé donc n’hésite pas à t’inscrire sur la liste Borali ici).

La bienveillance

Je peux te dire que ça me change de mon milieu pro ! Malgré le soldout éclair et les soucis de newsletter, vous avez été des dizaines et des dizaines à nous écrire et pas un mot déplacé. Moi le premier, quand je me plantais sur un drop de sneakers il y a quelques années, je maudissais la terre entière et si j’avais pu parler sur IG au responsable, je ne sais pas forcément si j’aurais réagi sympathiquement.

Vous, ça n’a été que félicitations et messages d’encouragement.

Franchement, nous vous remercions.

Vraiment.

Ça nous a donné le double de force pour lancer un second drop qui soit à la hauteur.

L’accueil

Vendre nos colliers, c’est cool. En 3mn, c’est incroyable, mais si ils ne plaisaient pas à réception, je l’aurais vécu comme un échec. Et vous m’avez mis la pression avec des messages comme « je voulais te soutenir, je sais pas trop si j’arriverais à le porter 🙂 ». Ou comment être partagé entre le plaisir d’être soutenu et l’appréhension de décevoir.

On en discutait avec Julien quand on préparait nos petites cartes et l’envoi (on voit tout ça juste après), on en menait pas large. A partir du moment où l’on a porté les enveloppes à La Poste, l’attente a été presque plus longue que lancement du drop.

Et une nouvelle fois, ça a dépassé nos espérances. Les MP et mails ont fusé, tous positif, quel pied !

avis postifi collier borali en tissus tressés et upcycling

Merci Arnaud !

Je ne vais pas te refaire l’histoire de Borasification, mais le partage de ma passion est le cœur de tout ça. Borali en est la continuité. Amener un délire stylistique comme des colliers pour homme, pas si commun, et voir que cela convainc. Un aboutissement !

Pour l’anecdote, l’un de vous ne s’est pas vu le porter et l’a revendu sur Vinted. Si tu me lis, je te remercie de ne pas avoir demandé de renvoi, encore une preuve de bienveillance. On prépare d’autres accessoires hors collier, peut être qu’il te convaincront cette fois.

Les choses dont on ne parlait pas dans le premier article

Si nous avions quasiment tout détaillé, il restait des choses d’omises volontairement. C’était la surprise pour les premiers clients de Borali. Ces colliers, c’était une manière de lancer notre projet pour de bon. Pour financer notre noragi ainsi que construire notre marque. Et un truc nous anime : faire des pièces qui vous marquent.

Par le produit bien sûr, ça reste le nerf de la guerre, mais aussi les « à cotés », sans que cela soit du superflus. Faire de l’upcycling mais du gaspillage en packaging, ça aurait manqué de sens. Alors on a fait simple et tout à la main. Parce que les accessoires Borali, au final, c’est de l’artisanal et ça nous plait !

Le packaging

Encore et toujours une idée de Julien, il s’agit de petites enveloppes faites à partir d’une technique d’origami et de papier kraft. Un coté à l’ancienne, sans colle, fait main, très Street Heritage non ? Et le tampon Borali, notre logo. C’est un truc que l’on aime vraiment, qui nous rappelle un peu le coté vintage militaire tampon sur les documents, le matériel… Qube nous a fait de belles photos.

packaging & enveloppe Borali des colliers pour homme en tissus tressé

Les cartes numérotées

Là, c’est mon passif de collectionneur qui a parlé. Quand j’étais gamin, j’ai découvert et suis tombé amoureux du basket avec les cartes des joueurs NBA Uper Deck & Fleer (pour les amateurs, ma toute première carte était celle d’A.C Green quand il jouait au Suns). Certaines étaient numérotées, ça avait un coté exclusif que j’aimais. Et plus tard avec les sneakers, j’ai retrouvé ce plaisir particulier d’avoir une paire que l’on sait limitée et avoir son numéro, ça renforce ce coté « exception ».

Et bien je voulais quelque chose comme ça pour nos colliers. Nous les faisons tous à la main, l’upcycling implique des quantités limitées, c’est chouette d’avoir une carte qui nous le rappelle. Et ça nous permet de vous laisser un mot derrière.

C’était aussi le seul moyen de « brander » nos pièces. Le chiffre est apposé à la main et la carte signée. Il n’y avait pas de moyen d’apposer notre marque. Mais ça nous y avons remédié, on parle dans la suite.

packaging & enveloppe Borali des colliers pour homme en tissus tressé

Le prix

J’étais resté vague dans l’article, nous les avons lancé à 27 euros. C’était un positionnement « agressif » si l’on regarde un peu le coût chez d’autres label qui en font. Et vu l’épaisseur de pièces, le fait-main en France, le packaging et la carte, ramené au temps passé, c’est un très bon deal !

Il n’y avait pas de stratégie sur le prix. Si je le voulais moins élevé, c’était pour essayer de démocratiser cet accessoire chez les hommes et que certains se disent « aller, à ce prix je tente ». Le prix ne sera pas au centre de notre marque. Je l’expliquais dans l’article de février, le nivellement par le bas n’est pas vertueux pour la création et tue les projets audacieux qui ne reposent pas que sur un business model savamment orchestré. Le drop 2 verra une augmentation du prix, mais tu comprendras très vite que cela s’explique.

store borali collier tressé drop 1

Second drop : les détails

Il est temps de rentrer dans le vif du sujet : la nouvelle collection de colliers Borali ! Nous avons gardé la même approche créative que le premier lancement. Et je tenais à apporter un truc en plus à nos colliers.

Allons-y !

Le thème

Nous étions encore dans l’émulsion créative de la première collection où l’on avait brassé un tas d’idées. L’enjeu était plutôt de se mettre d’accord sur ce que l’on pouvait lancer comme second drop. Sur quel(s) facteur(s) se baser ?

La saison ? Non, peu d’impact. Sauf exception, nos colliers se veulent toute saison.

La tendance ? Non, mais je pense qu’il n’y a pas besoin d’expliciter ici.

La concurrence ? Non plus, on s’est juste engagé à ne pas faire de bandana car tous les labels sympas en font déjà, on aurait rien à apporter de plus de vraiment différenciant.

Chifoumi ? Non, même si ça teinterait d’une touche japonaise le choix, essayons d’être responsable.

Le premier drop ? Bah non, tout est parti en peu de temps et on a plus de tissus.

Et pourtant, on avait une statistique, même si c’est un bien grand mot. Nous avions la chronologie des commandes. Même si cela s’est joué dans un mouchoir de poche, nous avions un soldout par modèle : BC03 > BC01 > BC02.

En français : le coton japonais suivi de la flanelle à dominante navy et enfin celui à dominante rouge.

On en a rapidement déduit les grandes lignes de notre thème :

  • au moins une matière japonaise
  • du bleu ou de l’indigo
  • avec de l’irrégularité
  • si possible un contraste dans le tissage

le thème autour d’un coton japonais comme le BC03 nous bottait bien. Et ça là que Julien m’a dit : « il me reste pas mal de matière d’un plaid en patchwork que je me suis fait l’hiver dernier ». Il me montre… Bingo !

Expression du Moyen-Âge mais on tenait en quantité « conséquente » une matière qui avait un super potentiel. Un test tressé sur quelques cm et on sent le truc. On tenait notre fil conducteur avec ce coton bleu japonais.

tissus Borali drop 2 en coton japonais

Il fallait maintenant trouver d’autres tissus qui puissent matcher avec. On voulait continuer à proposer plusieurs modèles et avoir plus de quantités. Le seul moyen était de mixer ce tissu à d’autres, en plus faibles quantités.

Un thème « coton japonais et mariage mixte ».

Le début d’une longue période de recherches, plus ou moins fructueuse.

Le choix des tissus

On a notre tissu japonais, un bleu assez profond (on ne sait pas si c’est de l’indigo alors on préfère ne pas dire de bêtises) avec beaucoup d’irrégularité à la fois dans la main mais aussi de par son tissage. Son envers le montre :

Ça ouvre la porte à pas mal de chose, beaucoup de couleurs vont avec le bleu, en théorie. Dans notre petit atelier de fortune (ma seconde chambre en gros), on a amassé pas mal de sacs de vieilles pièces ou chutes de tissu. On a de quoi faire. Et pourtant, à l’essai, le tressage n’était pas toujours convaincant et ça a rarement provoqué le « wow, on tient un modèle ».

Sa texture le rend difficile à mixer à des tissus plus lisses et c’est en testant sans grande conviction que Julien a trouvé la solution : le lin.

Il lui restait un chute de lin bleu clair d’un proto de Noragi pour femme. C’était une belle matière forcément, elle avait été choisi pour un sample. Une main sympa et de la texture. Restait à la tresser. L’essai nous a bluffé !

tissus Borali drop 2 en lin bleu

Mais ça ne suffira pas, il nous faut plus de tissu. Nous voilà reparti à chercher, dans nos stocks et les friperies. On a finalement dégoté un beau lin beige sur chemise, au fit douteux. La couleur contrastait bien avec notre coton japonais. Les tests l’ont confirmé. On avait un second « mariage mixte »

tissus Borali drop 2 en lin beige

A ce moment, nous avons nos trois modèles mais il reste une inconnue : combien de colliers aurons-nous à la fin. Et oui, chaque matière réagit différemment au tressage et on peut avoir plus ou besoin de longueur pour chaque. Il nous fallait une troisième option.

Et là, on s’est rappelé de notre brainstorming où le tartan avait bien marché et personnellement, on adore le rendu. On a trouvé plusieurs chemises à carreaux. Une seule a fait mouche une fois tressée. Et on retrouvait une pointe de rouge. Un boost visuel dans une tenue.

tissus Borali drop 2 en ltartan bleu / rouge

La conception

Je passe assez vite sur cette étape déjà bien détaillée dans le précédent article. En gros, les points sensibles ici étaient :

  • les longueurs : trouver la bonne longueur pour chaque matière, éviter le gaspillage et avoir des colliers aux mesures uniformes
  • le mélange : ça parait simple mais fallait tester les combinaisons : 1 brin coton japonais, 2  brins second tissu / 2 brins coton japonais / 1 brin second tissu

On a rapidement eu nos 4 modèles de prêts. Il restait un point important et la principale nouveauté.

La nouveauté

Idée évoquée plus haut, nous avions ce désir de rendre nos pièces un peu plus singulières encore. Le premier drop, le gros du travail avait été sur les dimensions. On voulait un collier assez long et plus épais que ce qu’il se faisait. D’une part pour être complémentaire dans une tenue : tu peux porter un Jinji avec un Borali, leur différence de volume est harmonieuse (Romi le fait très bien sur Insta). De l’autre, c’était un gage de bonne tenue. Non pas au sens « look » mais qui se tient bien. Nos colliers sont plus lourds et ont un tombé sur le torse plus franc.

Mais ça ne suffit pas, sans entrer dans le logobox, apposer son nom est important.

Je te passe le brainstorming, nous sommes passés par des bouts de tissus à coudre et un tas de trucs. On s’est arrêté sur l’idée d’une bague. Idée vague, j’ai challengé Julien sur ce coup. Et il a fait des merveilles.

Une bague en laiton travaillée et siglée à la main

Le titre spoil un peu beaucoup le résultat des courses. Je te raconte quand même comment on en est arrivé là.

Alors que je partais sur des idées de perles en verre, de bagues en bois, Julien m’a tout de suite arrêté. Il avait déjà en tête quelque chose autour du métal. Avec son frangin et pendant ses vacances, il avait fait quelques essais sur du laiton et c’était franchement cool. Les prémices de quelque chose de solide !

Problème, on n’avait pas de matériel. Il a fallu tout acheter et honnêtement, heureusement que Julien est bricoleur !

De quoi découper les tubes de laiton

bague Borali pour collier tressé - archive

Entre les tests de diamètre et la découpe, quand tu n’as pas du matériel de pro, ce sont des heures et des heures. On se retrouve avec une petite pièce de laiton qui scintille, c’est là que tout commence et qu’il y a un paquet d’étapes :

  • l’ébavurage : il faut aplanir chaque bord afin d’enlever les zones coupantes qui peuvent blesser ou endommager le collier et le vêtement. Et ça donne un truc en plus visuellement.

  • le ponçage de la surface : cela permet d’apporter de l’aspérité à la pièce de métal, un coté buriné par le temps. On le fait de façon complètement aléatoire et chaque pièce aura un rendu différent. Cela brille toujours.

bague Borali pour collier tressé - archive

  • le vieillissement et le polissage : afin de donner du cachet à notre bague, il fallait vraiment lui donner une patine particulière. Le coté Heritage / vintage d’un vieux meuble d’atelier par exemple. Julien avait quelques essais à son actif sur de la déco. Il a su apporter la touche visuelle qu’il manquait. Le résultat m’a scotché perso

bague Borali pour collier tressé - archive

Des heures et des heures de travail pour arriver à cette bague qui va à présent habiller nos colliers Borali. Il reste encore un petit détail à expliciter.

Les trois points ° ° °

Beaucoup des designers m’ayant le plu inspirés dans la vie ajoutent quelque chose en plus à leurs produits, un détail qui n’est pas leur logo ou leur nom, mais que l’on reconnait directement. Je pense à Martin Margiela et les points de coutures visibles de ses étiquettes, à Visvim avec ses triangles en point de sashiko ou encore Hedi Slimane pour Dior Homme qui avait une couture « cicatrice » sur les épaules de ses vestes et chemises ainsi que sur les poches des jeans. Et cela ajoute un plus au style ou au design le plus souvent, ce n’est pas ostentatoire.

Les trois points m’ont toujours suivi, dans l’écriture comme dans le dialogue d’un manga, ce qu’ils signifient dans une discussion, au cinéma et d’autres choses plus perso. L’idée de suspension, que rien n’est fini, que tout reste à faire. Et visuellement, ça me plait tout simplement.

C’est un caprice que j’avais un peu imposé à Julien pour notre fiche technique de Noragi et au final, ça nous a sauvé la mise sur nos colliers. Tu nous vois graver le logo ou le nom !?

Autant que possible, on retrouvera toujours ° ° ° sur nos accessoires et pièces.

bague Borali pour collier tressé - archive

Juste après la gravure, tout reste à faire encore…

bague Borali pour collier tressé - archive

Les différentes étapes de fabrication d’une bague

Une amélioration produit

Et oui, si c’est avant tout motivé par la singularisation nos colliers, cette bague en laiton vient aussi apporter un vrai plus. Je rappelais plus tôt le souhait d’avoir des colliers qui se tiennent bien sur le buste. Cette bague vient le lester et on a un meilleur maintien encore.

On a fait d’une pierre deux coups ! Je pense qu’on a fait le tour de toute la partie produit et nouveauté, on va pouvoir parler un peu plus en JPEG. On espère que tu vas kiffer notre nouvelle collection !

Colliers Borali : « Coton japonais et mariage mixte » – le lookbook

On garde la trame du premier drop avec une présentation par modèle et quelques tenues pour les voir portés. Nous avons fait un peu plus simple cette fois-ci, faute de temps pour shooter tout ce que nous avions prévus. La pluie est venue contrecarrer plusieurs journées de shooting. L’idée est là et comme ils quittent rarement nos tenues, on les retrouvera dans des articles Look et aussi sur Instagram (le compte sera beaucoup plus alimenté à présent).

C’est parti !

Collier tressé avec un tissu en coton japonais bleu sur trame blanche

Ce tissu provient d’une chute de rouleau qui a servi à faire un plaid. C’est une matière faite au Japon et qui est inspirée des tissus historiques japonais.

Modèle BC201

Il est le fil conducteur de la collection, le premier modèle devait donc être tressé entièrement avec. Sa trame blanche lui donne une couleur très particulière qui évite d’avoir un collier uni. On pourrait même croire que la tresse comprend un brin blanc.

Il est polyvalent et ira dans beaucoup de tenues, qu’elles soient d’inspiration workwear / heritage ou plus casual.

Des idées de tenues

tenue style street heritage workwear d'inspiration militaire avec un liner de M65 customisé par Gaijin, une chemise à manche courte sugar cane, un jean apc et des mocassin gh bass x universal works et un collier tressé pour homme Borali

Gaijin Paris custom M5 liner – Sugar Cane shirt – A.P.C denim – G.H Bass x Universal Works loafers – Borali necklace

Un look que tu peux faire et porter au quotidien avec une base simple : un liner de M65, une chemisette à motif, un jean délavé et une paire de mocassin (habillée ou non, ça le fera). En gros, tu as une pièce militaire, une chemise ou un tee blanc et le reste tu t’amuses.

Ce collier rend aussi très bien sur des hauts sombres, même noirs.

tenue style street heritage workwear d'inspiration militaire avec un liner de M65 customisé par Gaijin, une chemise à manche courte sugar cane, un jean apc et des mocassin gh bass x universal works et un collier tressé pour homme Borali

*Petit détail sur ce collier, la bague n’avait pas encore été polie, elle est donc plus sombre que la normale

tenue style street heritage workwear d'inspiration militaire avec un liner de M65 customisé par Gaijin, une chemise à manche courte sugar cane, un jean apc et des mocassin gh bass x universal works et un collier tressé pour homme Borali

Il se mélangera aussi à une tenue en denim et tee blanc, il habille tout de suite et apporte une touche pointue.

tenue style street heritage workwear d'inspiration militaire avec tee shirt gustin et cargo pants orslow et un collier tressé pour homme Borali

tee Gustin | pantalon handmade | Vans slip-on

tenue style street heritage workwear d'inspiration militaire avec tee shirt gustin et cargo pants orslow et un collier tressé pour homme Borali

Nous n’avions pas encore développé les bagues sur ce shoot 🙂

Collier tressé avec un tissu en coton japonais marié à un lin bleu

C’est le premier mariage réussi de cette collection. Le lin, matière irrégulière par définition, s’est révélé être le binôme parfait pour créer un collier tout en nuance de bleu. La matière vient d’un coupon déniché par Julien pour un proto de noragi pour une amie. On ne sait pas d’où il vient, comme souvent avec ce genre de tissu. La main est belle, c’est ce qui importait.

collier Borali en tissu tressé - woven neclace from upcycling fabrics - japanese cotton mixed with blue linen - hand made in France

Modèle BC202

Ce que j’aime avec ce modèle, c’est d’avoir réussi à créer un nuancier de bleu qui va avec tout (et oublions l’adage « ce qui va avec tout, ne va avec rien », le tee blanc est appelé à la barre pour témoigner). Les deux tissus ont une trame blanche mais différente, le collier reste bien lumineux.

Des idées de tenues

On a déjà montré pas mal de basiques au premier drop alors partons aussi sur des tenues plus poussées, du style Street Heritage comme je l’aime. Une blazer à motif « de papy » comme m’a dit un collègue, mais porté loose sur une chemise hawaïenne. Un jean délavé par les années et les voyages, bien droit et size-up et une petite paire de kicks ethnique. Le collier vient se fondre au motif et apporte un détail discret quand on se rapproche. Il me sert aussi pour mes lunettes l’été. J’aime ce genre de détails.

tenue style street heritage workwear d'inspiration militaire avec une veste Engineered Garments Handover loose, une chemise à manche courte à col cubain un jean apc butler et des Visvim FBT et un collier tressé pour homme Borali - lunette atelier particulier et collier blue blue japan

Engineered Garments handover jacket – Celio shirt – A.P.C denim – Visvim FBT shoes – Borali & Blue Blue Japan necklaces – Atelier Particulier glasses

Tu peux très bien transposer cette tenue dans un style beaucoup plus classique et casual chic. Un blazer déstructuré d’été, un simple tee ou popover, un chino léger et une paire de mocassin. Tu auras la petite touche avec le collier.

tenue style street heritage workwear d'inspiration militaire avec une veste Engineered Garments Handover loose, une chemise à manche courte à col cubain un jean apc butler et des Visvim FBT et un collier tressé pour homme Borali - lunette atelier particulier et collier blue blue japan tenue style street heritage workwear d'inspiration militaire avec une veste Engineered Garments Handover loose, une chemise à manche courte à col cubain un jean apc butler et des Visvim FBT et un collier tressé pour homme Borali - lunette atelier particulier et collier blue blue japan

Il manque une tenue plus automnale, merci à Dame Nature et la pluie. Je te mets quelques souvenirs de vacances où j’avais ce collier avec moi. Tu me pardonneras la pose « à la con », je faisais l’idiot avec mon pote et DA de fortune, Anck. Le pantalon blanc se porte en toute saison, ça peut te donner aussi des idées.

tenue style street heritage workwear d'inspiration militaire avec ABCL service jacket tee bonne gueule en lin ewdin japan white jeans & visvim hockney sand billy belt et un collier tressé pour homme Borali - lunette atelier particulier

Toujours utile pour les lunettes, tu noteras aussi qu’un tee texturé passe plutôt bien avec ce collier aux touches de blanc.

tenue style street heritage workwear d'inspiration militaire avec ABCL service jacket tee bonne gueule en lin ewdin japan white jeans & visvim hockney sand billy belt et un collier tressé pour homme Borali - lunette atelier particulier

Collier tressé avec un tissu en coton japonais marié à un lin beige

On voulait un second collier avec un mix de lin tant le premier nous avait convaincu. On a trouvé une chemise dans les tons beiges 100% lin qui avait été victime d’un re-cintrage des plus extrêmes. On frôlait le corset. La couleur contrastait bien le coton japonais bleu, c’était parti !

collier Borali en tissu tressé - woven neclace from upcycling fabrics - japanese cotton mixed with sand linen - hand made in France

Modèle BC203

Pour être franc, quand on l’a vu, on s’est dit « on tient le petit frère du BC03 du premier drop« . Si on peut se fier à une pole position sur une vente en 3mn, c’était votre favoris. L’upcycling ne permet pas les réassorts alors on tenait là une évolution sympa et tout aussi intéressante. Pour ceux qui l’on manqué cet été, c’est l’occasion de se rattraper.

Et tu sais déjà avec quoi il va. C’est un collier parfait à mixer avec du denim  et du chambray par exemple.

Des idées de tenues

Une première tenue classique avec une chemise en chambray qui a la particularité d’avoir plus de teintes pour un effet camo. Le reste est en nuances de blancs (cassés) et bien texturés avec le lin du tee et le neppy du jean. Une paire de Wallabee en suède cola parce que je suis un fan. Des derby en cuir retourné ou une paire de sneakers en canevas feraient tout aussi bien l’affaire.

tenue style street heritage workwear d'inspiration casual chic une chemise en chambray camo Our Legacy, un tee shirt bonne gueule, un jean blanc cassé Edwin et des clarks wallabee suede cola et un collier tressé pour homme Borali - lunette atelier particulier

Our Legacy shirt – Bonne Gueule tee – Edwin denim – Clarks Wallabee shoes – Borali necklace – T.K Garment bag

Le collier reprend un peu des tons de chaque pièce. Honnêtement un coup de chance mais ça te montre les possibilités d’associations de couleurs. les textures se répondent aussi. C’est franchement du bonus.

tenue style street heritage workwear d'inspiration casual chic une chemise en chambray camo Our Legacy, un tee shirt bonne gueule, un jean blanc cassé Edwin et des clarks wallabee suede cola et un collier tressé pour homme Borali - lunette atelier particulier

Tu peux aussi marier les colliers entre deux, c’est l’avantage de ce drop. Et Julien, lui, les mixe couramment avec les premiers.

tenue style street heritage workwear d'inspiration japonaise avec une noragi Borali, un tee Gustin, un jean pure blue japan et des german army trainers de chez adidas et un collier tressé pour homme Borali

noragi Borali | tee Gustin | jean Pure Blue Japan | sneakers Adidas

Les deux colliers se marient bien et trouvent leur place au milieux de toutes ces nuance d’indigo. Et profitez, on ne reverra pas des Adidas de si tôt ici (pour les German Amry Trainers, gros classique allemand, ça se défend).

tenue style street heritage workwear d'inspiration japonaise avec une noragi Borali, un tee Gustin, un jean pure blue japan et des german army trainers de chez adidas et un collier tressé pour homme Borali

Collier tressé avec un tissu en coton japonais marié à un tartan rouge et bleu

Le dernier tissu trouvé pour cette nouvelle collection. C’est un tartan qui provient lui aussi d’une chemise fatiguée au col. Pour l’anecdote, c’est une APC qui doit avoir une petite dizaine d’année. Les carreaux bleus et rouges apportent du peps et c’est ce dont on avait besoin pour diversifier la collection.

collier Borali en tissu tressé - woven neclace from upcycling fabrics - japanese cotton mixed with rad / navy check tartan shirt- hand made in France

Modèle BC204

On retrouve une touche rouge au milieu du bleu qui va pouvoir aller avec toutes les tenues workwear / military que tu peux faire. Proche du BC02 du premier drop, les couleurs sont moins vives et il pourrait être le rejeton des deux premiers sorties en Juillet.

Des idées de tenues

Il n’y aura qu’une, je n’ai pas pu shooter la mienne, il pleuvait trop. Julien te montre comment il peut rendre au milieu de pièces workwear. Il porte une chore jacket et un gros denim japonais. Tout est harmonieux.

tenue style street heritage workwear d'inspiration japonaise avec une chire jacket michigan Carhartt, un tee Gustin, un jean pure blue japan et des german army trainers de chez adidas et un collier tressé pour homme Borali

veste Carhartt | tee Uniqlo | jean Pure Blue Japan | sneakers Adidas

Dans le tartan, les autres touches de couleurs apportent ce qu’il faut pour accompagner la veste. On est sur du détail de geek mais c’est toujours sympa à relever.

tenue style street heritage workwear d'inspiration japonaise avec une chire jacket michigan Carhartt, un tee Gustin, un jean pure blue japan et des german army trainers de chez adidas et un collier tressé pour homme Borali

Et quelques photos de famille pour finir

Suite à vos commentaires, quelques photos des colliers ensembles. Je n’y avais pas pensé les ayant sous les yeux, mais c’est vrai que vous aidera à vous faire idée des couleurs et des associations pour votre choix.

collier borali en tissus recyclés et tressé à la main en france - and-made necklace made in france - drop 2 collier borali en tissus recyclés et tressé à la main en france - and-made necklace made in france - drop 2

Ok et il reste des infos à avoir sur ce drop ?

Comme pour premier lancement, nous recevons pas mal de questions et on va y répondre ici pour que tout le monde soit informé au mieux. Si jamais un truc reste en suspend à tes yeux, n’hésite pas à nous écrire.

Alors, c’est pour quand ?

Très simple, ça sort ce samedi 5 octobre 2019 à 12h00 (12:00 pm Paris Time). Chacun devrait être réveillé et ça nous laisse le temps le matin de faire les derniers ajustements.

Ok, je me lèverai, et je dois me rendre où ?

On a gardé le même site que pour le premier lancement donc pourras trouver les 4 modèles sur le store Borali. On lancera peut être les fiches produits un peu en avance mais sans possibilité d’acheter « coming soon ».

Comme la dernière fois, on lancera une newsletter pour faire le rappel. Je te conseille d’inscrire à celle de Borali, on n’a pas rencontré de problème la fois dernière.

Niveau politique tarifaire ?

En augmentation monsieur !

Non blague à part, on répercutera sur le prix l’ajout de la bague en laiton coupée, travaillée, vieillie et gravée à la main. Je le disais avec humour plus haut et je le répète, nous ne faisons pas la course au prix le plus bas.

Le prix ne sera bien sûr plus de 27€ mais ne dépassera pas les 35€. Les colliers Borali sont faits à la main en France et sont le fruit d’un processus créatif, responsable et réfléchi.

Et maintenant que c’est plus un secret, il y a un packaging fait à la main et une carte d’authentification personnalisée en plus. On a d’ailleurs revu cette dernière, elle aura plus de gueule !

Ok, et la question qui fâche, les quantités ?

Pas de poker menteur, on a pas loin du triple de quantité. On a poussé les murs au maximum pour proposer une collection cohérente et plus fournie. Tu vas me dire « oui mais ça a tenu 3mn en juillet donc mathématiquement, on en aura pour 10mn max ».

J’aimerais que tu aies raison, si c’était de la proportionnalité j’aurais déjà lâché mon job pour préparer un drop de 1 000 colliers. Blague à part, on ne connait pas le seuil de la demande, on ne sait pas si les premiers acquéreurs vont en reprendre, bref beaucoup d’inconnues.

J’ai aussi beaucoup moins fait  de teasing, ça aura peut être un effet !

On ne peut toujours pas réserver ?

Et non toujours pas, on garde notre ligne de conduite. Sur le premier drop, on a eu pas mal de potes sur le carreau mais les seuls qui ont un droit avant le lancement sont Julien et moi. Faut bien en avoir à montrer après haha.

On partagera les infos aussi sur instagram avec des rappels en story des deux comptes Borali / Borasification.

Il se passe quoi après ce drop ?

Là encore, tout dépendra du succès mais voici dans les grandes lignes la suite (le tiercé n’est pas dans l’ordre) :

  • on continue les drops de colliers tressés : nous avons déjà plusieurs thèmes dans les tuyaux. Nous garderons la même façon de lancer et annoncer ces drops. Nous en lancerons aussi des exclusifs en petites quantités de manières aléatoires. Nous annoncerons à chaque fois le tout sur Instagram.
  • on prépare un nouveau type d’accessoire : on va se diversifier, je l’avais teasé dans un article. Upcycling et made in France resteront les leitmotivs.
  • On développe actuellement de nouveaux colliers : je ne peu pas en dire plus pour le moment mais on travaille sur un truc vraiment différent. J’ai hâte de voir le premier proto.
  • Et le cheval bonus : il y a des choses encore à l’état de brouillon et ça nous mène à 2020, on a le temps d’en parler.

D’acc, et là, vous aurez de quoi financer la noragi, où ça en est ?

Alors, je vais répondre en deux parties même si les deux sont liés.

On a vraiment avancé et on a maintenant notre matière et l’atelier en cours de négociation. La bonne nouvelle est que l’on va faire exactement ce que l’on voulait et que ça devrait être assez dingue. La mauvaise, c’est qu’on a du essuyer une déconvenue assez brutale de la part de notre fournisseur sur les stocks. Il a mis 6 mois à nous dire qu’il lui restait 4 fois moins de matière que prévu.

Si l’on voulait voir la production relancée, il fallait en commander quasi le double. Nous étions déjà justes pour le montant initial, là, nous étions hors-jeu.

Mais nous n’avons pas paniqué et plutôt que de tout annuler et partir sur notre plan B (qui n’a de B que le nom), on s’est dit qu’on allait aller jusqu’au bout de notre projet, quitte à en produire moins. Tu l’auras compris, le premier drop de noragi Borali sera extrêmement limité.

Mais il sera fou et assoira notre façon de voir et faire les choses.

De facto, arrive la seconde bonne nouvelle ! Si cette deuxième collection de colliers tressés rencontre un succès rapide, nous serons capable de payer et la matière et l’atelier !!

Nous avons commencé à travailler pour enchaîner rapidement sur un second drop avec notre deuxième piste. Tout est vraiment sur le point de se décanter.

Et on peut vous aider autrement ?

Notre seule vitrine est le blog et pour être visible, Borali a besoin d’un blog fort. L’équipe de rédacteur s’est renforcée et on prépare des choses sympas, tu vas voir. On n’est jamais de trop donc n’hésite pas à m’écrire si tu sens et que tu as l’envie d’apporter ton point de vue et ton énergie.

Je recherche toujours une âme charitable pour m’aider sur le SEO, je n’ai pas le temps d’approfondir le sujet mais j’apprends vite avec un bon professeur.

Pour le reste, on continue notre « balade de l’indépendance« , c’est dur mais que c’est bon quand ça avance.

Second drop : ce qu’il faut retenir

Comme à l’accoutumée, je te résume les grandes lignes si tu n’as regardé que les images jusqu’ici (et je te résume même le premier article, je suis sympa)

  • nous lançons un second drop de colliers en tissus tressés
  • les matières proviennent de vêtements ou tissus en fin de vie
  • on parle d’upcycling
  • que l’on veut avec le moins de gaspillage possible
  • nous gardons le style street heritage comme étendard
  • et avons développé un thème autour d’un coton japonais bleu
  • que nous avons mixé à différents tissus
  • du lin beige et bleu
  • et un coton à carreau rouge et navy
  • ce qui nous fera 4 colliers sur ce drop
  • on a présenté chaque pièce avec quelques tenues
  • moins que prévu mais il a beaucoup plu ces derniers jours
  • enfin scroll vers le haut et tu jugeras par toi-même
  • et on a répondu à des questions
  • les principales sur le lancement
  • qui aura lieu ce samedi 05 octobre
  • à midi pile
  • on te fera un petit rappel par mail
  • donc inscription aux newsletters recommandée
  • le shop est ici
  • les quantités sont limitées
  • pas de restock
  • mais du lourd à venir par la suite
  • merci )

Voilà, j’ai pu te donner tout ce que j’avais en stock sur le prochain lancement et sur le futur de Borali. On a hâte de voir vos réactions et ressentis sur cette nouvelle collection.

Julien et moi sommes dans les starting blocks donc n’hésite pas à nous envoyer tes questions, commentaires ici sous l’article ou sur Instagram, nous sommes là !

A samedi 😉

° ° °

31 Commentaires

  1. Avatar
    Mc_Heraclite
    03/10/2019 / 21:34

    Presque content d’avoir loupé le premier drop ! l’idée de la bague est vraiment super et la patine est très réussie.
    Je valide à 100% l’idée des 3 points et l’intégration que vous en avez faite !

    Reste plus qu’a faire un choix. Faudrait avoir les 4 côte à côte pour se décider 😜

    Le feu les gars, le feu !

    • Boras
      Boras
      Auteur
      04/10/2019 / 10:57

      Merci Mc 🙂

      Je t’avoue que maintenant que les a ajoutés, on kiffe encore plus les porter. Tu verras, ce n’est pas qu’esthétique 🙂

      j’ai ajouté quelques photos des colliers à coté, vous avez été plusieurs à le demander et je n’y avais pas pensé (alors que je les avais sous la main, malin ^^)

      A bientôt

  2. Avatar
    Mc_Heraclite
    03/10/2019 / 21:45

    Presque content d’avoir loupé le premier drop ! l’idée de la bague est vraiment super et la patine est très réussie.
    Je valide à 100% l’idée des 3 points et l’intégration que vous en avez faite !

    Reste plus qu’a faire un choix. Faudrait avoir les 4 côte à côte pour se décider 😜

    Le feu les gars, le feu ! 🔥

  3. Avatar
    Qube
    03/10/2019 / 22:14

    Très cool ça les mecs !
    Hâte d’essayer d’en chopper un au prochain drop 😉

    • Boras
      Boras
      Auteur
      04/10/2019 / 10:56

      Haha thanks Qube et merci pour les photos du packaging, ça en jette !

  4. Avatar
    Laaazzzeee
    04/10/2019 / 01:52

    Franchement chapeau, très bel article de présentation.
    On sent la passion et les efforts mis dans le projet et je trouve que ça donne un supplément d’âme au produit.
    Si je peux me permettre une petite suggestion, ça serait sympa d’avoir une photo des 4 à côté en recap

    Vu la vitesse de sold out des derniers et mes foutues 6h de décalage horaire je préfère pas me projeter mais j’en choperais bien 2.

    Good job en tout cas (et très beau le pantalon DIY de Julien)

    • Boras
      Boras
      Auteur
      04/10/2019 / 10:54

      Salut Laaazzzeee,

      Merci pour tes mots sur l’article, ça fait plaisir. On a essayé de partager notre kiff le plus sincèrement possible, avec les galères et les joies haha

      Tu as raison pour les photos, j’en avais sous la main en plus, j’ai ajouté un sous-titre avec. Merci 🙂

      Tu sais que je réalise qu’on a pas mal de gens à l’étranger d’intéressé et c’est vrai que l’horaire est bien « hard » pour certains. On y pensera pour les drop aléatoire, en fin d’après-midi.

      J’espère que tu pourras en pécho un 🙂

  5. Avatar
    No Name
    04/10/2019 / 06:29

    Je ne suis toujours pas collier mais l’idée d’ajouter la bague apporte vraiment un plus. Beau boulot les gars!

    • Boras
      Boras
      Auteur
      04/10/2019 / 10:54

      Merci No Name,

      depuis qu’on l’a ajouté, on ne les imagine plus sans haha

  6. Avatar
    Frank
    04/10/2019 / 09:13

    > Malgré le soldout éclair et les soucis de newsletter, vous avez été des dizaines et des dizaines à nous écrire et pas un mot déplacé

    La bienveillance est de mise 🙂
    En même temps je crois que souvent l’absence de bienveillance c’est aussi dû à des marques fr qui ne sont pas supers douées en com.. sérieux si certains arrêtaient d’être ultras défensifs et disaient juste qu’ils ont acheté ce qu’ils pouvaient avec leur trésorerie dispo au lieu d’être ultra défensifs, ça passerait mieux.

    Là pour Borali, j’ai raté le drop (à 3h du mat pour moi) et je risque aussi de rater le second (parce que même horaire >< ) mais bon ..
    – c'est pour financer un projet cool
    – si le collier me plait tant que ça, je peux toujours aller acheter quelques chemises en friperie et tenter d'en faire un moi même.

    Bonne chance pour le prochain drop et j'ai hâte de voir les noragi !

    • Boras
      Boras
      Auteur
      04/10/2019 / 11:04

      Hello Franck,

      Merci pour ton comm 🙂

      Oui je vois ce que tu veux dire.

      J’imagine que ça vient aussi de leur clientèle cible. Nous, on a la chance d’avoir un lien particulier avec chacun de vous du fait du blog et que l’on monte un projet à taille humaine, à coté de nos jobs. Je pense que l’on peut être transparent sur nos avancées, positives ou négatives. Là où les marques « ecoles de commerce » sont quand même très market / promesse et se doivent de rester lisses et irréprochables devant de clients qui n’ont pas la passion ou la curiosité que vous lecteurs de petits blogs comme Borasification.

      analyse de comptoir, je me réveille haha

      Mince tu es à LA ?

      On a hâte aussi pour la noragi, ca va être chouette 🙂

      Bo

  7. Avatar
    Cornichon
    04/10/2019 / 11:51

    Bravo les gars ! L’idée de la bague, des 3 points, et le rendu une fois patinée sont dingues !
    Une version bracelet est envisagée ..? 🙂

    • Boras
      Boras
      Auteur
      04/10/2019 / 16:24

      Merci mon pote 🙂

      Il se pourrait bien oui, on bosse sur autre chose que des colliers pour diversifier nos accessoires o:)

  8. Avatar 04/10/2019 / 12:52

    J’espère que ce coup ci, ça va être la bonne, je fais partie des gens qui ont reçu le mail alors que c’était déjà sold out, m’enfin rien de grave, un jour vous les sortirez par centaine, on aura l’embarras du choix. Adieu l’agence de pub boras:-))
    Perso, je suis plus workwear que streetwear heritage (insta vincedenim48), mais je trouve que ça se marie très bien, quoi de plus workwear qu’un bandana, d’autant plus en tissu Japonais, c’est l’extase pour l’amateur de denim. D’ailleurs, le grand Romigourmi avec son streetwear Japonisant porte les même pantalon BDP que les frenchies qui font du workwear, des Vans, des converses, etc…
    Mention spéciale, pour la bague en laiton, c’est vraiment du homemade à la système D, heureusement que l’ami Julien est doué de ses mains, les 3 petits points sont la cerise sur le gâteau, simple classe et reconnaissable de suite, seul bémol, quand vous vendrez des millions de pièces en Asie, vous allez grave vous faire copier:-)

    • Boras
      Boras
      Auteur
      04/10/2019 / 17:10

      Normalement tu a du le recevoir cette fois-ci 🙂

      (faut penser à checker ses spams)

      C’est parfait dans des looks workwear aussi 🙂 e street heritage, c’est juste une vibe plus « mode ». Je vois souvent des mecs vraiments denim head workwear avec pas mal d’acessoire.

      D’ailleurs, le jour où on arrive à sortir de vrais gros stocks, ça serait une cible idéale à toucher et on serait gagnant/gagnant 🙂

      Romi c’est du steet heritage pur, je l’ai fait plonger dans Visvim :p

      Je te remercie pour le clin d’oeil sur la bague, je trouve aussi que ça apporte vraiment un plus.

      Ecoute, si un jour on est copié jusqu’à la bague, c’est qu’on aura réussi à aller loin. Espérons :))

      merci pour le support !

  9. Avatar 04/10/2019 / 14:27

    Ola Borali,

    Très hypé par ce second drop, encore plus que le premier 🙂
    En espérant ne pas se faire couper l’herbe sous le pied cette fois haha

    Bonne continuation en tout cas,

    • Boras
      Boras
      Auteur
      04/10/2019 / 16:26

      Salut Antoine !

      Depuis le temps que tu nous supportes, j’espère vraiment que tu y arriveras.

      Petite pause au mariage et hop !

      Maintenant le store est connu donc favoris et refresh 🙂

  10. Avatar
    Martin
    04/10/2019 / 19:51

    Salut Boras!

    Superbe boulot encore! On sent bien votre passion et votre minutie.

    Vous allez pouvoir livrer vos colliers au Canada si je passe une commande demain?

    Je suis un fidèle lecteur de ton blog. Merci de partager tes découvertes et tes conseils aussi généreusement. Mon style a beaucoup évolué depuis que je te lis.

    • Julien
      Julien
      04/10/2019 / 23:56

      Salut Martin,

      je réponds pour Boras ahah

      oui bien sûr on peut envoyer à l’international !

      et on serait ravi que Borali arrive sur la terre du nouveau monde 🙂

  11. Avatar
    Rafaël Tinti
    04/10/2019 / 21:29

    Excellent retour, je pense sincèrement que l’explication de la démarche et les coulisses de l’aventure sont un vrai plus.
    Même si tu dis être frustré de ne pas avoir eu le temps/l’occasion de shooter davantage de photos, je trouve qu’on a une idée suffisamment précise de ce que ça peut donner dans des looks différents – sans compter les photos du premier drop.
    Je comprends le discours de certains qui sont tentés de soutenir le projet mais encore réticents à porter des accessoires comme celui-là, mais à force de bouffer de l’image, de voir ce type de look et d’essayer de nouvelles choses, si je tenais le même discours il y a deux ans, ce n’est plus le cas maintenant et je suis d’accord avec le fait que ces colliers sont bien plus faciles à porter et intégrer que ce que l’on pense – preuve avec les looks que vous proposez.
    Coeur sur le modèle avec le tartan rouge et bleu <3
    Je vais essayer de ne pas louper celui-là !
    En espérant que ça cartonne autant que le premier… wait and see

    • Boras
      Boras
      Auteur
      09/10/2019 / 11:05

      Salut Rafaël,

      Merci pour ton retour, ça fait plaisir et aide à avancer.

      On essaie de le partager sans que ça paraisse être une technique de marketing, on est tout petit, un peu entre nous, alors on y va. Et c’est con, mais ç aide aussi à faire le point et prendre du recul, de pose les choses à l’écrit.

      Bon top pour les looks alors. C’est qu’on avait une tenue chacun encore plus de saison, vraiment lourde (je pense surtout à celle de Julien haha). L’occasion de faire un article look dans les prochaines semaines !

      Et ravi de voir que tu puisses te projeter avec des colliers, c’est le but de la démarche. Amener chacun à s’éclater avec son style, et pas que suivre des codes et règles plus ou moins tacites 🙂

      A bientôt

      PS : j’espère que tu as pu en choper un

  12. Avatar 04/10/2019 / 23:16

    Un grand bravo pour ce deuxième drop, c’est incroyable, ce boulot sur la bague!
    Et super article aussi, vous êtes peut-être un petit blog mais vous faites des grandes choses 🙂

    • Boras
      Boras
      Auteur
      09/10/2019 / 11:06

      Merci Farood !

      Venant d’un passionné comme toi, ça fait plaisir !

  13. Avatar
    Pierre
    05/10/2019 / 09:34

    Bonjour boras, petite question par rapport au fdp.

    Quel est t’as politique là dessus?

    Merci pour ce deuxième drop, une
    seconde chance pour choper un collier 😉

    • Boras
      Boras
      Auteur
      05/10/2019 / 10:50

      Salut Pierre,

      On est sur un prix fixe de 3e, quelque soient le nombre de colliers pris. Et 4e à l’international, où que ce soit et +0,5 par collier en plus.

      merci l’ami 🙂

  14. Avatar
    Gogote
    05/10/2019 / 12:06

    Félicitation à vous les gars, super taf !
    Aucun doute que ça va partir très vite et c’est tant mieux pour vous. ( en fait, c’est déjà quasi tout soldout en 10 minutes cette fois )

    Présent pour le drop, j’ai pris la BC203 et BC204, même si j’avoue que j’avais particulièrement adoré le premier drop du collier rouge que je n’avais pas eu l’ocas d’avoir. Cette version 2 est un peu plus light et moins risquée je trouve mais ça fera le taf ! J’espère qu’on aura le droit à l’avenir à des ptites surprises bien stylées un peu WTF, mais je n’en doute pas et c’est déjà teasé dans l’article du dessus.

    Merci en tout cas pour cette belle transparence, et bonne m… pour la suite de l’aventure, ça va le faire !

    • Boras
      Boras
      Auteur
      09/10/2019 / 11:11

      Salut Gogote,

      J’ai vu ton mail dans les commmandes, bravo 🙂

      Oui 7mn et quelques, c’est dingue. ON va se remettre au boulot !

      C’est vrai que le drop peut paraitre plus soft, c’était difficile de se décider sur un thème. Le fait que le premier test, le plus précisé soit le coton japonais, au vu de ce que l’on avait, on s’est dit, on part sur un nuancier de bleu comme cela chacun choisira celui qu’il veut et on aura couvert cette thématique.

      Le prochain drop sera complètement différent, on va commencer à sourcer après mon retour du japon mais je suis hyper excité :))

      Merci à toi !

  15. Avatar 05/10/2019 / 12:16

    Ca y est je fais partie des élus, j’ai mon collier Borali, j’avais choisi le premier, mais le temps que je paye, sold out, heureusement pour mon second choix, j’ai réussi à aller jusqu’au bout, et à payer (c’est rare quand je suis content de payer:-) )

    Vous allez encore être sold out, au moins pour les bleus en quelques minutes, bravo, j’en veux un olive maintenant ! lol

    Félicitations à Boras et Julien ou Julien et Boras sans oublier le sympathique Qube pour les photos. (d’ailleurs lui aussi a tenté des essais d’indigoïsation sur Noragi)

    • Boras
      Boras
      Auteur
      09/10/2019 / 11:12

      Aaaaah yes Vince !

      On a empaqueté hier ton collier 🙂

      Le temps que tu écrives ton message, il n’y avait plus rien oui.

      Et sans spoiler, le prochain drop devrait bien te plaire alros 😉

      Merci pour ton soutien l’ami !

  16. Avatar
    Wild
    05/10/2019 / 12:18

    Félicitations pour le 2e drop les gars, c’est très réussi, les colliers sont vraiment très beaux. En plus on voit que vous êtes à fond dedans, et la démarche d’upcycling me parle particulièrement. GG pour ça !

    J’ai pu avoir mon mien, je suis refais, même si j’ai dû me replier sur mon choix de repli (BC202 au lieu du BC203). Je suis sûr que je vais kiffer t’façon, je vous tiens au jus 😉

    • Boras
      Boras
      Auteur
      09/10/2019 / 11:15

      Salut Wild,

      Merci pour tes mots, ça fait super plaisir 🙂

      On fait ce que l’on kiffe, et voir que vous êtes de plus en plus nombreux à adhérer, c’est une chance.

      le BC202 a été le dernier soldout et pourtant, je le trouvais plus intéressant que d’autres. Je pense que les acquereurs vont être agréablement surpris à réception, la matière est vraiment cool et les nuances subtiles 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *