Trëmma : la nouvelle plateforme de don d’Emmaüs pour financer des projets solidaires

Trëmma, plateforme solidaire

Disclaimer : je devais écrire un brève de quelques lignes mais le sujet m’est cher et j’ai trouvé judicieux de donner de mon temps pour pousser ce nouveau projet important pour une association qui œuvre pour les moins bien lotis. En effet, ne l’oublions pas, nous sommes privilégié·es à vivre le vêtement par passion. 

L’information circule un peu partout sur les médias d’information grand public depuis lundi, Emmaüs, l’association solidaire de l’abbé Pierre, lance une nouvelle plateforme en ligne : Trëmma.

Derrière ce projet, il y a une volonté de concurrencer l’explosion de Vinted, Leboncoin ou encore Geev qui a conduit indirectement à une baisse, année après année, des dons à l’association.

En quantité comme en qualité.

Et pourtant, elle en a besoin.

Emmaüs, une association, qui repose sur les dons, fragilisée

En effet, le besoin est réel dans la mesure où Emmaüs s’autofinance par le don (monétaire comme matériel) avec les bénéfices de la revente des meubles, objets ou bien sûr vêtements comme source majeure.

Adresse fétiche des amateurs de bons plans, c’est le lieu où l’on peut trouver des choses chouettes pour quelques (dizaines d’) euros. On favorise aussi l’achat seconde main et par-là un meilleur move pour la planète.

Cependant, Maude Sarda, directrice et co-fondatrice de Label Emmaüs (je t’incite à l’écouter ici), expliquait à nos confrères de France Inter que la situation devenait compliquée avec cette chute des dons.

Ironie du sort, on y retrouve d’ailleurs un bon paquet de resellers Vinted qui revendent tout dans la foulée sur l’application de seconde main Vinted à 5 ou 10 fois le prix payé.

(Enfin, l’argent fait vivre l’asso’ et ses bénévoles en réinsertion)

Il y a bien sûr l’effet Covid depuis bientôt un an déjà, mais pas que.

Mais comment pourrait-on minimiser l’impact de l’émergence de Leboncoin et surtout, du phénomène de société Vinted ?

Il suffit de se balader sur l’application et de voir les milliers d’articles à quelques euros mis en vente chaque heure qui passe.

D’autant plus que ces structures font leur chiffre sur une commission à chaque vente et ont tout intérêt à faciliter la tâche de leurs utilisateurs·trices. Vinted est un modèle du genre avec une ergonomie maximisée permettant en quelques minutes à peine de publier une annonce.

Idem pour l’envoyer après la transaction.

Il devient alors peu surprenant que les dons reçus par Emmaüs se réduisent comme peau de chagrin.

L’association a réagi en lançant Trëmma.

Sans plus attendre, voyons comment ça fonctionne.

La plateforme Trëmma pour faire des dons en ligne facilement

J’ai appris la nouvelle de Trëmma via un Whatsap de ma compère de chinage et un screenshot d’un article de BFM. Je dois admettre ne pas avoir vraiment compris le principe à la première lecture. De fait, je me suis dit que ça pourrait être bien que je te le présente plus en détail.

Maintenant que j’ai intégré le fonctionnement hein !

Le don / la mise en vente se fait sur la plateforme Trëmma

L’idée des équipes Emmaüs est que la personne souhaitant donner quelque chose puisse le mettre en ligne elle-même comme si elle vendait l’objet directement.

À la façon d’une petite annonce sur Vinted.

Il faut alors se rendre sur le site ici et suivre les étapes suivantes :

  1. Choisir un objet et le prendre en photo (logique) : l’étape se fait en amont bien sûr.
  2. Sélectionner un projet : ton don servira à financer un projet solidaire et tu as le choix. Ils sont à date au nombre de 4.
  3. Remplir la description : c’est l’équivalent d’une mise en ligne d’une petite annonce. Tu télécharges les photos et décris l’objet ou le vêtement.
  4. Mettre en ligne : des bénévoles de l’association repasserons derrière ton annonce et la valideront avant mise en ligne
  5. Objet vendu : c’est là qu’il faut être attentif·ve, les achats ne sont pas sur le même site, on le voit après.
  6. Envoyer l’objet : comme sur Vinted, tu reçois un bon mondial relais et remise en main propre possible.
  7. Reversement de la vente au projet : c’est la finalité de Trëmma et c’est déductible de tes impôts. Je t’avoue ne jamais l’avoir mentionné dans ma déclaration, je ne donne jamais à une association dans cette optique. Au moins, ça motivera les plus rationnel·les haha.

Comme noté au point 5, les achats ne se font pas sur le même site, je te présente la seconde plateforme pour acheter chez Emmaüs en ligne.

Et le site Label-Emmaüs pour faire ses achats

Alors je n’ai pas remonté l’historique de la digitalisation d’Emmaüs, si le choix parait curieux comme ça, il y a surement un raison.

Le fait est que pour acheter tu dois te rendre sur Label-Emmaüs.

Et franchement, le site a fait peau neuve, il est agréable à utiliser et des fringues il y en a à revendre !

(j’axe “vêtement” mais ça vaut pour les meubles, la vaisselle, etc … voilà comment je n’ai jamais dépensé un euro chez Ikea et consort)

Si cela ne remplacera jamais le plaisir de chiner dans une antenne physique, de toucher les matières, regarder les étiquettes, d’essayer, de discuter avec les bénévoles, c’est un vrai plus quand le premier magasin est à des heures de route de chez toi.

Enfin, nous aurons l’occasion de voir plus en détails dans les prochaines semaines sur comment bien chiner et faire de bonnes affaires en seconde main chez Emmaüs.

Sur le e-shop comme en magasin.

Quand tu achètes un objet, tu le fais perdurer dans le temps et tu participes à avancer un projet de l’association.

Et ça c’est chouette !

Emmaüs et l’abbé Pierre, ils me tiennent à coeur

Je ne saurais trop te dire pourquoi mais j’ai été marqué par deux grands cœurs quand j’étais môme : Coluche et l’abbé Pierre.

Alors depuis que je suis jeune adulte, j’ai toujours essayé de redonner un peu de ce que j’avais gagné ici et là.

En effet, on ne va pas se mentir, lorsque l’on achète chez Emmaüs, on y va surtout pour faire de vrais bons coups.

Au-delà de l’aspect solidaire.

Du coup, essayons de donner aussi pour rétablir cette courbe descendante dans les dépots.

Avec Trëmma, on peut maintenant mettre en ligne aussi vite que sur Vinted.

Quelques clics seulement.

Bien sûr cela dépendra de tes revenus.

Toutefois, si tu n’es pas à 10e près dans la vie, ça peut être chouette de te délester de vieux vêtements pour participer à soutenir cette merveilleuse association.

Ce sont quelques dizaines de minutes en tout et pour tout, pour les plus défavorisé·es.

D’ailleurs, tu peux aussi faire un don en direct ici, sans perdre de temps !

Maintenant, j’espère que les applications arriveront bientôt, c’est par là que le projet Trëmma va pouvoir exploser.

Quoiqu’il en soit, merci de m’avoir lu jusqu’ici, c’est un sujet important (pour moi) 🙂

+++

(PS : si un membre de l’association Emmaüs lit cet article, au plaisir d’échanger avec vous pour aider de prêt ou de loin <3 )

Par Boras

Pas un héros de l'orthographe, pourtant j'écris des articles sur des bouts de chiffon que je prends en photo. J'aime porter des kimono mais je ne fais pas de Kendo, mon style se perd entre street et workwear. Je suis aussi un amoureux de basket et des C's, qui voue un culte à DJ Premier.

Un style pointu et des conseils simples

Inscris-toi pour rejoindre notre communauté et ne rien rater de l'actualité du site. Derniers looks, conseils et contenus exclusifs, c'est tous les mardis dans ta boite mail.

Inscris-toi pour rejoindre notre communauté et ne rien rater de l’actualité du site. Derniers looks, conseils et contenus exclusifs, c’est tous les mardis dans ta boite mail.