Aïdama lance sa toute première collection. Découvre son vestiaire oversize à la japonaise

On parle aujourd’hui d’Aïdama ! Une marque que tu ne connais pas (encore). À moins que tu fasses parti des lecteurs de bon goût qui suivent le média avec assiduité. Alors mon intro tombe à l’eau. Dans tous les cas, je t’assure que je vais te donner de bonnes raisons de la suivre de près !

aïdama logo
aidama.fr

La marque Aïdama : volumes made in France pour tous

Notre dernière discussion avec Joachim, le fondateur de la marque (et membre du forum), remonte au lancement du format Revue de Mode sur le média. J’étais enthousiaste à l’idée de pouvoir inclure son projet encore naissant dans le premier numéro. C’était un vrai plaisir de mettre en avant une marque française au concept prometteur et qui s’inscrit dans une démarche créative. Surtout quand ça vient de notre communauté ! Il avait alors pu s’exprimer en quelques mots, me soufflant à l’oreille au passage que le lancement de sa toute première collection était prévu pour fin avril ou début mai.

aïdama collection printemps été 2022 photo équipe
Aïdama Printemps-Été 2022, première collection
Photo d’équipe avec tous ceux qui ont rendu le projet possible

Deux mois plus tard, on s’est retrouvés avec les pièces produites dans les mains. Notamment deux pantalons amples à pinces en fresco (bleu marine et un très beau vert), une chemise oversize et « fentée » dans la même matière, ainsi que deux shorts wide qui reprennent le top block des pantalons. Et honnêtement, le résultat est clairement à la hauteur de nos attentes. Avant de te montrer les quelques pièces portées pour l’occasion, revenons un peu sur ce qu’est vraiment Aïdama et pourquoi je suis heureux de t’en parler aujourd’hui.

Ma rencontre avec Aïdama

J’ai un peu de mal à situer le moment et le lieu où j’ai la première fois entendu parler du projet. Joachim n’est pas non plus du genre à faire sa pub un peu partout où il passe, et sa présence sur le forum n’explique pas totalement ma rencontre avec la marque. Je pense que, pour une fois, c’est l’algorithme d’insta qui m’a mis sur le bon chemin.

J’ai reconnu ce visage familier sur un reel et j’ai alors compris qu’il y avait derrière Joachim plus qu’un amour des marques japonaises (et qu’une tendance naturelle à me piquer tous mes plans Vinted…). En plus d’être plus grand que moi et d’aimer globalement les mêmes choses, le bougre travaillait à lancer sa propre marque. Forcément, je m’y suis intéressé et j’ai gardé le projet dans un coin de la tête. C’était en novembre de l’année dernière et les choses ont bien bougé depuis!

Une démarche créative peu commune

J’ai eu l’occasion de poser quelques questions à Joachim dans la partie interview juste en-dessous où il parle genèse, concept et valeurs. Je ne vais donc pas m’aventurer sur ce terrain-là et plutôt te parler de mon propre ressenti. Quand j’ai vu les premières pièces sur l’insta, puis sur le shop, j’ai eu un peu de mal à croire ce que j’avais devant les yeux. Des fringues super larges, de la laine froide, et pas l’ombre d’un tee-shirt blanc à l’horizon. Une marque française qui se lance sans faire de précommande pour son basique et qui part dans un délire à la Ryo Takashima ?

aïdama pantalon circulaire bleu
Pantalon circulaire bleu marine en laine froide

Et immédiatement, ce sont les pantalons qui attirent mon attention. Dans ces volumes, dans cette fluidité et ces pinces, il y a évidemment du Sillage, mais aussi des silhouettes de chez Lemaire, du Studio Nicholson ou encore des photos de défilés d’Hed Mayner qui me reviennent en tête. Autant dire que cela partait déjà très bien et qu’il n’en faudrait pas beaucoup plus. Ajoute à cela des chemises bien bien oversize, elles aussi simplement accrochées à un ceintre sur un mur blanc, et je me retrouve directement dans un univers minimaliste qui me parle beaucoup.

Et une philosophie du freesize

L’autre argument qui achève de me convaincre, c’est le concept freesize qui est à l’origine même de la marque. Pourquoi ? Parce que s’habiller « à la japonaise » (comprendre : wide) quand on est européen et qu’on dépasse les 1m80 c’est soit difficile, soit très cher. Joachim débarque avec son 1m93 et se fait plaisir avec une proposition qui rend plus accessible un parti-pris esthétique souvent réservé à un standard qui n’existe pas en Europe. Ici, tous les physiques sont les bienvenus (et on ne va pas se mentir, c’est agréable de ne pas se prendre la tête avec la taille).

aïdama pantalon circulaire réglage taille
Système de réglage secondaire du pantalon circulaire (en plus de la ceinture qui se serre des deux cotés). Permet de réduire la taille grâce à des attaches intégrées

Garde quand même en tête que le rendu sera très variable selon les morphologies et que j’ai la chance d’être dans les proportions plus ou moins « idéales » (bien sûr, c’est subjectif. Je parle d’idéal dans les silhouettes qui me plaisent). Enfin, je te parlais d’accessibilité tout à l’heure, mais évidemment ce n’est pas « donné » non plus. C’est le prix du made in France créatif et ambitieux ! Et n’oublie pas que cette fois tu payes du local, sans frais ni douanes. On est très loin des prix de certains créateurs pour quelque chose qui n’a pas, selon moi, à rougir de la comparaison.

Interview de Joachim, fondateur de la marque Aïdama

J’ai pu poser quelques questions à Joachim afin d’approfondir ce qui avait été évoqué lors de notre première discussion. On discute notamment du lancement, de ses inspirations et de ses plans pour l’avenir.

En faisant un petit tour sur ton site, on peut voir plusieurs articles déja sold out. Comment s’est passé le lancement ? Est-ce que tu es satisfait des ventes et plus généralement de la réception du public ?

Hey, déjà merci de me recevoir et de l’intérêt que vous portez à ce projet. Pour une petite marque qui se lance, c’est inestimable, donc cœur sur vous 🫶😆

Pour revenir à ta question, le lancement s’est super bien passé. Les ventes ont été à la hauteur de mes espérances mais le point à retenir, c’est surtout l’accueil réservé à cette première collection. En effet, je n’étais pas sûr de la réaction des gens au concept de la taille unique couplé à des volumes très oversize. Et finalement, après de nombreux essayages sur tous types de morphologies et beaucoup d’échanges, les retours ont été plus que positifs.

aïdama ensemble short bordeaux
aïdama short bordeaux
instagram.com/aidama_concept

Tous ces retours me donnent de la force pour continuer d’explorer le concept et sont très précieux pour la suite de l’aventure.

Revenons un peu sur tes inspirations. Tu me parlais par exemple la dernière fois de Yohji Yamamoto et d’Issey Miyake. Tu peux aller un peu loin dans tout ce qui t’inspire au quotidien ? Quel était ton rapport au vêtement avant tout ça ?

J’ai mis pas mal de temps à créer un lien fort avec le vêtement. J’ai commencé à m’y intéresser au lycée et n’ai pu vraiment m’y consacrer qu’au moment des premiers salaires. Je suis passé par tant de phases, de la consommation basée purement sur des critères esthétiques, à l’extrémisme du « que made in France », en passant par la confection de mes propres vêtements, du slim à l’oversize, ou encore à la découverte de labels japonais. Comme pour beaucoup d’amoureux de la sape, j’ai l’impression que mon rapport au vêtement est en perpétuelle évolution, ce qui rend la chose fun et pertinente sur la durée.

yohji yamamoto
Yohji Yamamoto
the-talks.com

Mon inspiration quant à elle s’appuie certes sur les grands maîtres (comme Yamamoto & Miyake) et sur des concepts de styles établis depuis des décennies, mais il s’agit plutôt pour moi des bases qui ont construits ma vision du vêtement, et non ce qui me nourrit au quotidien. De plus, je ne suis pas forcément quelqu’un de très sensible aux arts majeurs donc mes influences sont très terre à terre, et proviennent surtout des gens qui m’entourent, de petits détails du quotidien qui me touchent et m’ancrent dans mon époque.

Comment l’idée de créer ta propre marque est venue ? Et pourquoi Aïdama ?

Ça faisait déjà quelque temps que je réfléchissais à lancer une marque mais cela s’est vraiment concrétisé pendant le confinement lors d’un shooting qu’on a fait pour un copain photographe. Il m’a laissé carte blanche sur le concept et je me suis penché sur la question de la taille unique et si celle-ci pouvait répondre aux différences de morphologies. En effet, en plus d’éviter de catégoriser les gens en tailles (S, M, L,…), cela assure un vêtement au tombé différent sur chaque physique: moins d’uniformisation pour plus de singularité.

Aïdama prends le parti de l’unitaille et de l’unisexe à la fois.
instagram.com/aidama_concept

Mais ce shooting a mis en lumière que, bien que l’esthétique était tout à fait viable, la taille unique à proprement parler ne pouvait être portée confortablement au quotidien (pantalon trop serré ouvert et caché avec un t-shirt large pour certains, nœuds dans le dos quand trop ample pour d’autres…). J’ai donc décidé de pousser le concept de la taille unique un peu plus loin tout en intégrant ma propre esthétique oversize et inspirée du Japon. C’est comme ça qu’Aïdama est née.

aïdama concept
Merci pour le conseil lecture !
editions-picquier.com

Quant au nom, il vient justement de ma passion pour ce pays. Il s’agit de mon interprétation de deux concepts philosophiques japonais : le « Ma » et « l’Aïda ». Le Ma « se définit comme un intervalle (…) qui sépare les choses ou les évènements ». L’Aïda « entretient le contact entre ce qui est séparé. Il est alors ce point de contact, le lieu, qui crée le lien ». (Ma et aida de Sakae Murakami-Giroux, Fujita Masakatsu et Virginie Fermaud). Ainsi, l’idée en combinant les deux, est d’essayer de relier les différentes morphologies via un vêtement qui va au plus grand nombre.

Avec l’équipe, on se posait des questions sur tout ce qui concerne la production. On sait que ce n’est pas facile quand tu es un tout petit acteur du milieu, surtout quand tu prends le parti de la création (je pense par exemple à la ceinture imaginée pour tes pantalons) et que le COVID passe par là. Comment a-tu vécu la crise en tant que marque qui se lance ?

Dans un certain sens, j’ai eu la chance de ne pas connaître le monde de l’entrepreneuriat dans le secteur de la mode avant le Covid donc je ne peux pas vraiment comparer. Le monde s’est arrêté pendant 2 ans, ce qui m’a permis de bien maturer mon concept sans trop de distractions autour, et de nouer des contacts avec des gens qui n’auraient peut-être pas vu d’intérêt à me rencontrer pré-Covid. Etant foncièrement optimiste, j’aime à penser que cette pandémie a finalement été plus une chance qu’un désavantage pour moi.

instagram.com/aidama_concept

Comment as-tu trouvé ton atelier actuel ? Tout est produit en France ? Peux-tu nous parler de tes matières ?

Trouver l’atelier a vraiment été la partie la plus complexe. Vouloir produire en France, en faible quantité, le tout à un prix raisonnable, c’est la croix et la bannière. Surtout que je voulais qu’il ne soit pas à l’autre bout de la France pour créer du lien humain et ne pas juste envoyer des patrons et du tissu à 600km de chez moi.

J’ai eu la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment, d’oser leur exposer mon projet et leur demander conseil. Cela a porté ses fruits et finalement, m’a amené à rencontrer une superbe équipe qui confectionne en banlieue parisienne.

Pour l’interview, je me suis amusé à regarder la distance qu’il y a entre chez moi (où je dessine le vêtement, je le patronne, je réalise les protos…), le fournisseur de matière première et l’atelier de confection, il y a moins de 20km. Ça va être difficile de faire plus court 😆

aïdama laine froide bleu marine
aidama.fr

Quant aux matières, il s’agit de tissus upcyclés, principalement de rouleaux délaissés par les grandes marques de mode. Mon objectif premier est de revaloriser les tissus issus de stocks dormants pour lutter contre le gaspillage et participer à une économie plus circulaire.

Maintenant que la première collection est lancée, quels sont tes plans pour le futur proche ? Quelle direction pour Aïdama et les choses à venir ?

Je n’ai pas vocation à créer un nouveau vestiaire à chaque collection mais plutôt de miser sur l’intemporalité des designs et de jouer sur les matières, les couleurs et les savoir-faire (teinture naturelle, broderie, block-printing,…). Évidemment je vais petit à petit agrémenter mon offre avec de nouvelles pièces, comme avec l’arrivée pour l’hiver prochain d’une veste (là encore très inspirée du Japon) et d’une chemise courte.

Mais je n’ai pas envie de réfléchir à trop long terme. La pandémie et l’actualité nous prouvent tous les jours qu’on ne sait pas de quoi demain sera fait, alors je préfère me concentrer sur le présent afin de proposer une offre réfléchie, à taille humaine et en phase avec mes valeurs.

Encore un grand merci à vous pour le coup de projecteur et aux personnes qui me soutiennent au quotidien pour faire d’Aidama une réalité.

Merci à toi de t’être prêté au jeu !

On passe maintenant aux looks, et on va voir comment concrètement porter ces fringues qui sortent de l’ordinaire.

Du studio à la rue : trois pièces, trois tenues

En abordant ce shooting, j’ai d’abord voulu m’éloigner de ce que Joachim et son équipe avaient proposé pour le lookbook de la première collection. À la fois dans les assemblages et dans les inspirations, et aussi dans l’esthétique générale qui s’appuie sur la marque de fabrique street style du média. Si le coté très clean d’un shoot studio (avec une bonne ambiance manifeste) fonctionne bien pour présenter des vêtements qui misent sur l’épure, on aime avant tout voir les vêtements portés dehors, à l’épreuve de la « vraie vie ». Et c’est ce qu’on a fait, avec trois tenues différentes dans l’approche et composées avec ce que j’avais sous la main dans mon vestiaire.

Adopter l’uniforme minimaliste

La première tenue est aussi la plus « basique » de toutes, dans le sens où elle se rapproche beaucoup de ce qu’on peut trouver dans le travail de l’équipe derrière le projet Aïdama.

aïdama marque chemise fentée pantalon circulaire bleu marine laine froide
Chemise fentée Aïdama – Tee Arpenteur – Pantalon circulaire AïdamaParaboot Chambord

L’idée ici n’était pas de tenter des associations improbables ou même originales, mais plutôt de prendre une tenue très simple du lookbook officiel et de la sortir dans la rue. C’était pour moi une bonne entrée en matière de miser sur l’uniforme et de faire dans le minimalisme qui me parle. C’est à dire une emphase sur la silhouette, les coupes et les matières.

aïdama pantalon circulaire chemise fentée laine froide
Chemise fentée bleu marine. Très oversize et longue
chemise fentée détail fente
Détail fente

Cette simplicité va nous permettre de revenir sur les détails, comme le système de fermeture et de réglage de la taille du pantalon pensé par Joachim. La ceinture est unique en son genre. Inspirée des pantalons Gurkhas, elle peut donner une légère connotation soft-tailoring à l’ensemble. Je préfère ne pas la mettre en avant dans cette tenue en sortant le tee Arpenteur et rester dans la simplicité.

aïdama pantalon circulaire détail ceinture
Détail du système de réglage. Ceinture de chaque coté du pantalon, ainsi qu’une partie élastique à l’arrière pour un maximum de confort.

Je pense ces deux pièces, la chemise fentée et le pantalon circulaire, comme un costume classique qui pencherait du coté de l’oversize et de l’informel pur. Les Paraboot Chambord noires étaient un choix évident, forme hybride et brute du soulier classique. J’ai également hésité à remplacer le tee blanc par une chemise bleu claire, mais il est l’option casual par excellence et la plus cohérente ici.

aïdama marque pantalon circulaire fresco triple pinces bleu marine
La laine froide est très fluide et agréable à porter. Les six pinces apportent juste ce qu’il faut pour créer un beau drapé et structurer la ligne de jambe

J’ai honnêtement été surpris du plaisir que j’ai pris à porter l’ensemble. J’avais en réalité peur de l’effet « terne ». Ou pire, déguisement ou cosplay. Et si porter les deux pièces revient essentiellement à être en kimono quand on parle sensations (très très agréable, même à 30 degrés), il y a assez de détails sur chaque pièce pour faire passer la tenue du coté « modeux » du spectre.

aïdama marque pantalon circulaire bleu marine tenue minimaliste homme
Un tee blanc, un pantalon bleu, des chaussures noires. Tout est dans les coupes ! Retrouve mon article sur le style minimaliste ici si c’est ton truc.

Faire du wide à la japonaise

Voilà une tenue où je me sens vraiment bien. Non pas que le « costume » du dessus ne me plaisait pas, bien au contraire. Mais c’est peut être un peu « trop » pour moi au quotidien. Ici je n’ai clairement pas le même problème !

aïdama marque pantalon circulaire tenue streetwear japonais
Casquette Uniqlo – Marinière Arpenteur – Pantalon circulaire Aïdama – Sneakers Stepney Workers Club

Les pièces de l’univers « street » étendu, ma paire de « Dellow S-Strike » par Stepney Workers Club, ma casquette Uniqlo toute simple et un tote bag Lownn, s’accordent à merveille avec le registre très casual du pantalon porté sur les hanches. Je retrouve ce qui me plait tant dans la mode japonaise : de belles matières et des codes du tailoring qu’on associe avec des choses qui ne sont pas pensées pour aller ensemble à l’origine.

aïdama marque circular pants wool blue
Qui a dit que le noir allait pas avec le bleu déjà ?
aïdama pantalon circulaire détail pinces
Détail des pinces

La marinière Arpenteur perd ici toute connotation workwear alors que ses rayures horizontales contribuent à élargir visuellement la silhouette. Quant à ses manches 3/4, elles accentuent la mollesse générale. Le pantalon bouffe un peu les chaussures et casse presque. Par leurs rondeurs, celles-ci jouent exactement le même rôle que les Paraboot juste au-dessus et ancrent la tenue.

stepney workers club dellow s strike
La shape de la “Dellow” est parfaite avec du large

L’inspiration est assumée, je pique un peu tout aux japonais et aux silhouettes wide les plus maitrisées que j’ai pu voir passer sur instagram. Preuve en image que ce pantalon Aïdama peut très bien se porter dans un esprit street. Sa longueur conséquente pour un modèle du genre est un gros atout quand tu veux jouer avec ta silhouette, et forcément la taille n’est plus un problème…

aïdama tenue streetwear japonais arpenteur lownn stepney workers club

Volumes et couleurs naturelles

Pour la dernière, on laisse un peu de coté le bleu marine et on retrouve le même pantalon « circulaire » dans un coloris super intéressant. Un sage green qui prend très bien la lumière et qui apporte une réelle douceur.

aïdama pantalon circulaire sage green tenue casual homme
Casquette Lownn – Veste Muji – Tee Arpenteur – Pantalon circulaire Aïdama – Sneakers Converse – Sac De Bonne Facture

Pas de grosse prise de risque. J’ai joué ici avec les nuances naturelles, des teintes allant du blanc au marron. Rien de très novateur, ces couleurs sont des classiques du vestiaire masculin. Je ne voulais pas en faire trop avec des volumes qui se remarquent déjà assez comme ça. Le but était d’arriver à une harmonie générale qui désamorcerait le coté “modeux” du pantalon.

aïdama pantalon circulaire vert détail ceinture
Ce vert est vraiment très beau, ce qui explique peut être le fait qu’il soit sold out sur le site (pour l’instant…)

Retour donc du tee blanc demi-manches Arpenteur, toujours une bonne manière de mettre en valeur tous les éléments adjacents : le pantalon évidemment, mais également la veste-chemise oversize Muji en lin non-teint. J’ai choisi de porter mes Converse CT70 d’un colorway minimaliste ici, car elles fonctionnent toujours bien avec du large. Mais on peut imaginer d’autres choses un peu plus habillées, en essayant toujours de privilégier une forme ronde.

tenue wide homme style japonais
La couleur souligne davantage les volumes que sur le modèle bleu

Si tu es un peu attentif, tu pourras remarquer que le tote bag De Bonne Facture est en gros velours marron et que la casquette Lownn est dans un chevron de laine et cachemire… Parfait pour l’été ! Pour ma défense, je pense que la saisonnalité n’a pas toujours d’importance quand on parle accessoires. Mon idée était surtout de casser ce coté “lisse” et brillant de la laine froide du pantalon avec de la grosse texture.

converse ct70 egret natural
Pour rester dans mes classiques, j’aurais pu porter ma paire de Chambord lis café ici

Une approche encore complètement différente donc ! Je radote peut-être un peu, mais c’est vraiment l’avantage de ce type de pantalon. Tu peux jouer sur le coté très épuré en additionnant les pièces un peu “lisses” ou au contraire te servir de cette base pour amener du détail. Et comme tu as pu le voir, ces trois tenues explorent trois registres en se basant uniquement sur la polyvalence de cette pièce forte à mi-chemin entre le formel et le casual.

aïdama pantalon circulaire vert short wide rayures vertes
Sur cette photo, Boras porte également un short Aïdama. Comme le pantalon circulaire, il aime tous les registres et peut se porter taille haute ou comme ici sur les hanches, à la manière d’une short de basket

Je me suis malheureusement arrêté là, ma valise n’était pas assez grosse pour te proposer plus de tenues. Mais tu as compris l’idée, les premières pièces d’Aïdama sont franchement cool et ne donnent qu’envie d’en voir plus. Je pense forcément à l’hiver et aux potentiels outerwear en préparation. Tout cela n’annonce que du bon !

Soutenir la création, oublier les basiques

Voilà pour la toute première collection d’Aïdama, tu peux maintenant dire que tu connais la marque. Je suis heureux d’avoir pu écrire cet article et de développer ce travail de sélection tellement important pour un média alternatif comme le nôtre. Soutenir une telle démarche, c’est avant tout montrer que la mode créative est possible en France et que nous sommes pas condamnés à nous tourner vers l’étranger ou de la haute-couture quand on veut autre chose qu’un jean bleu et un tee blanc.

Alors comme promis, le lien vers le compte instagram de la marque. Ça ne coute vraiment rien de suivre un petit label et de lui donner de la force. Surtout quand il est prometteur et qu’il fait déjà les choses bien. Et si tu es déjà convaincu par ce petit exercice de stylisme, il reste des chemises fentées et quelques pantalons circulaires bleus sur le shop. Et évidemment des shorts à retrouver ici. Une dernière chose, Joachim propose des essayages à domicile (à Paris) si jamais tu as quelques doutes sur le rendu sur toi. N’hésite pas à lui envoyer un petit message sur insta !

Par Nicolas

Fatigue pour les intimes.

Un style pointu et des conseils simples

Inscris-toi pour rejoindre notre communauté et ne rien rater de l'actualité du site. Derniers looks, conseils et contenus exclusifs, c'est tous les mardis dans ta boite mail.

Inscris-toi pour rejoindre notre communauté et ne rien rater de l’actualité du site. Derniers looks, conseils et contenus exclusifs, c’est tous les mardis dans ta boite mail.