Comment bien choisir sa taille : oublions mesures & étiquettes, place au feeling

Blouson Tonkin Arashi Denim
Comment choisir sa taille en laissant laissant parler le feeling, c’est ce que l’on va découvrir

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’être accompagné de Romain, membre et modérateur du forum. C’est lors d’une rencontre à Metz, alors qu’il essayait différentes pièces dans les bureaux d’Arashi Denim que l’idée de cet article m’est venue. On va le voir, lui et moi partageons la même passion, mais pas le même maillot. Enfin, le style, mais également une morphologie. C’est un sujet qui me trottait en fond en discutant avec vous sur Instagram : mais pourquoi sont-ils tous autant scotchés à “leur taille”. Alors sans faire de jeu de mot douteux, il n’y a pas que la taille (sur l’étiquette) qui compte quand on choisit un vêtement. Et je vais tenter de donner des pistes pour bien choisir ta taille, celle qui te va, avec une autre logique que celle de se cantonner aux étiquettes et à quelques mesures.

En plus, ces conseils préservent du vanity size !

Quelques conseils pour bien choisir ses vêtements avec plus de feeling (et moins de prise de tête)

Les idées qui vont suivre ne balaient pas d’un revers de main les conseils plus classiques que tu pourras lire chez nos confrères. Au contraire, elle viennent apporter un son de cloche complémentaire qu’il peut être bon d’entendre. En discutant avec vous, j’ai pu réaliser à quel point une lecture de guides, forcément froide car seul devant son écran, peut conduire à s’enfermer dans des biais. Et c’est comme ça, que l’on perd du temps, de l’argent et surtout, le plaisir de s’habiller.

Nous sur Borasification, on s’amuse avec nos fringues, on est geek mais en abordant toujours notre style à la cool.

Et ça commence par le rapport à la taille de nos vêtements.

Mauvais réflexe à gommer n°1 : se focaliser sur l’étiquette de taille

levis jeans 501 vintage
Quand les étiquettes deviennent un piège : les jeans Levi’s 501 vintage

Conseil indiscutable lorsque l’on parle de vêtements vintage, il ne l’est pas beaucoup moins lorsque l’on parle de vêtements neufs ou actuels.

Bien sûr la taille inscrite sur un vêtement reste un indicateur, d’autant plus si tu connais la marque ou le modèle.

Et encore que !

Voici pêlemêle des facteurs qui peuvent biaiser la taille écrite sur une étiquette :

  • la coupe : tu peux avoir besoin d’une taille différente selon le type de coupe. Exemple : un jean slim ou droit dans mon cas, je dois prendre une à deux tailles de plus pour les coupes ajustées.
  • la matière : une même chemise faite dans deux matières différentes. Exemple : une chemise en chambray, l’autre en denim, produites sur un même patron sans ajustement. Le seconde sera surement plus étroite.
  • l’aléa de prod : pour X raisons, un vêtement peut finalement tailler plus petit ou grand en sortie d’atelier et la marque n’a pas toujours la possibilité de revoir la gradation. Exemple : certaines pièces Fleurs de Bagne sont sous-taillées.
  • le pays d’origine de la marque : chaque marque a une silhouette type, souvent le reflet de son marché d’origine. Exemple : les marques japonaises tailleront petit pour un européen.
  • le freestyle d’un DA : au sein d’une même collection une chemise en M te va, pas la veste de la même taille. Exemple : Engineered Garments a un sizing plutôt aléatoire, même au sein d’une même saison.
  • l’altération des lavages : si c’est de l’occasion / vintage, attention. Exemple : les Levi’s 501 lavés un millier de fois dont l’étiquette de taille ne correspond plus à la réalité.
  • le vanity size : méthode de marque plutôt féminine, il consiste en augmenter la gradation afin qu’une personne faisant un 40 entre dans un 36. Exemple : manœuvre identifiée chez les grandes enseignes.

Et j’en oublie surement.

Ce sont toutes ces petites choses, jumelées à l’expérience, qui m’ont fait m’éloigner des étiquettes et de ce qui est marqué dessus.

Mauvais réflexe à gommer n°2 : ne se fier qu’aux mesures

mètre couture mesure

Là, je vais hérisser quelques poils de névrosés du mètre de couture mais je ne mesure quasiment aucun de mes vêtements.

Et ce, alors que j’achète 90% en seconde main sur Internet depuis 15 ans maintenant.

En fait, la seule mesure à laquelle je fais un peu attention, c’est celle de la taille à plat pour mes pantalons / jeans. Comme le size-up amène à porter sur les hanches, avec ceinture, c’est plus permissif. Toutefois, je ne suis pas à l’abri d’un ratage.

Les mesures sont bien sûr une indication : 4cm d’écart aux épaules avec ta chemise préférée, tu peux passer ton chemin. Une ouverture à la cheville de 17cm, sauf si tu cherches un collant, ça sera juste. Cependant, tu risques de beaucoup te tromper si tu te cantonnes à seulement regarder quelques mesures.

Surtout si tu en es encore à porter des coupes ajustées.

Un vêtement est en 3D et un tas de mesures entrent en compte dans sa modélisation.

Alors quand bien même le jean Levi’s 501 vintage que tu as acheté te semble bon parce qu’il faisait 41cm à la taille, si tu trouves que ça rend mal … ça rend mal.

D’autant plus si tu es dans l’inconfort.

Penser à toujours demander des photos portées en seconde main, ou à chercher des photos de shops avec les mensurations du modèle quand on est sur un vêtement actuel / récent.

Bien choisir sa taille : se projeter dans ses tenues

Maintenant on entre dans les conseils style by Boras.

Choisir la bonne taille, c’est choisir le vêtement qui ira avec ce que tu comptes porter.

Il faut donc que tu te projettes.

En effet, sauf si tu t’habilles H24 skinny ou free size, tu peux être amené à avoir des vêtements aux coupes et styles différents. Dès lors, choisir la bonne taille de ta prochaine fringue devient relatif.

Je m’explique.

Quand tu commences à porter des vêtements avec un peu de volume, dans un style moins basique / terre à terre, tu vas devenir beaucoup plus à l’aise avec tes fringues. Autrement dit, tu vas faire de l’approximatif, un moteur de ta dégaine.

Et là, tu vas commencer à vraiment t’amuser et petit à petit moins souffrir de toutes “ces règles”.

Exemple 1 : tu as flashé sur une chemise avec un chouette imprimé mais la taille du-dessus aurait été mieux, elle est un peu courte. Et bien plutôt que de la reposer, tu vas te dire : “hey mais avec mon pantalon taille haute, ça va gommer ce souci et je vais la porter ouverte avec un tee rentré dans la pantalon”.

look casual chic histon projects chemise
Jordan porte une chemise Histon Projects qui était un peu courte, il a joué avec la hauteur de son pantalon

Exemple 2 : l’été j’ai encore plus envie de volume et de porter des pantalons et shorts encore plus larges. Et bien, je m’adapte pour mes hauts. Ma bonne taille en tee Uniqlo U devient un XL, alors que je porte du L en hiver (et que ma taille “normale” est M). Je ne me préoccupe pas des étiquettes mais de ce que je compte faire du vêtement.

look homme coupe ample
Ce tee-shirt est en XL, deux tailles au-dessus du M qui me va normalement sans être petit

C’est évidemment plus facile à faire en magasin quand on débute. Avec le temps, même à distance sur Vinted, tu sauras anticiper ça. Il te suffira de demander une photo portée au vendeur, des infos sur sa taille et son poids, pour te faire ton idée.

 

Bien choisir sa taille : raisonner en terme de silhouette / morphologie

dry bones chemise et jean apc
une tenue où avec du recul, le jean ne me va pas, bien qu’à ma taille, trop slim pour mes jambes et ma la silhouette que j’aime . Il s’est d’ailleurs déchiré (la tenue ici)

Là encore, c’est un conseil qui reflète la vision défendue ici.

Nous, on croit en la silhouette avant tout pour qu’une tenue soit réussie alors c’est forcément le critère n°1 dans le choix de sa taille.

Bien que je n’aime pas que l’on se limite pour des raisons de morphologie, il y a des coupes qui ne nous vont pas.

C’est pour ça que le vêtement “parfait” n’existe pas et qu’il est une entourloupe marketing.

Quand bien même un vêtement semble être à ta taille, il peut ne pas t’aller. C’est souvent un problème de morphologie et de coupe.

Bien choisir sa taille : penser au confort

look homme chemise oversized jbj
j’ai choisi cette chemise en lin JBJ en XL pour avoir le col large, même fermé, par confort !

Enfin, et ça pourrait être le plus important au fond : tu dois te sentir bien dans tes fringues.

Erreur classique : prendre des fringues trop petites.

Parce qu’en se regardant dans la glace, les fringues ajustées flattent un œil débutant, surtout vu la période slim de la mode mainstream. Cependant, dès que tu vas bouger dedans, tu vas te sentir mal à l’aise.

Donc n’oublie pas ça, qui peut le plus peut le moins !

Le bonne taille à choisir est au final celle où tu ne seras pas pressé d’enlever ton jean car “tu n’en peux plus”.

Cas pratique : un même blouson sur deux morphologies et styles différents

Présentation de l’expérience

Tout ce que l’on vient de voir t’a peut-être paru abstrait. Alors comme en cours (jadis pour les plus anciens), rien de mieux qu’un bon TP pour accompagner la théorie. Et pour cela, nous allons voir un exemple concret : Romain et moi Boras.

Nous faisons tous les deux la même taille de vêtement en général alors que nous :

  • n’avons pas la même morphologie
  • ne partageons pas le même style
  • portons des coupes différentes
  • avons chacun un feeling différent

Ces différences nous ont conduits à choisir une taille différente pour le blouson Tonkin Arashi Denim.

Présentation de Romain, un style élégant, entre casual chic et heritage

J’ai envoyé un whatsapp à Romain et je lui ai posé la question à 2€ :

– “ah et tu le définirais comment ton style ?

– “casual chic foutraque

Ne parlant pas le belge, je le tournerais plutôt comme : casual chic heritage.

Un vestiaire classique, où se mêle un attrait pour les pièces workwear et militaires.

En effet, Romain peut porter de la chemise, du chino, du blazer comme du mocassin, du pantalon à pinces taille haute ou de la field jacket. Toujours avec une touche “habillée” et des volumes sympas.

Je te laisse te faire une idée :

série de look homme élégant

look homme csual chic heritage

Et dernière chose, Romain fait 182cm pour 75kg, pas spécialement sportif et porte du M/L

Ton serviteur Boras ou le street heritage même au petit dej

Au final, une morphologie éloignée de la mienne puisque je lui rends 5cm et 2kg.

(Je te laisse faire les calculs, c’est bon pour le cerveau)

Je suis aussi un M, sur un guide de taille “classique” en France et je porte toutes les tailles possibles au-dessus.

De plus, ma silhouette de prédilection est à l’opposée de la sienne.

Moi, je size-up fort mes pantalons, je porte sur les hanches, j’allonge le buste, …

Une dégaine différente en somme.

Blouson tonkin Arashi Denim : 1 même modèle, 2 tailles différentes

comment choisir la bonne taille de vêtement
Blouson Tonkin Arashi Denim (disponible ici)

Je trouve que ces photos sont la parfaite illustration du message de cet article : laisser place au feeling quand on choisit ses vêtements.

Romain a pris une taille 38, moi une taille 40.

Pourtant il est plus grand que moi.

Mais lui porte un pantalon à la taille naturelle, sa chemise rentrée.

Alors que moi, j’ai un tee-shirt en XL et une pantalon sur les hanches.

Et pourtant, lui comme moi, si nous avions du nous fier aux mesures, nous aurions du size-down puisque rien que la couture de l’épaule tombe … Et il parait que c’est mal selon les “règles” pour poter une veste à la bonne taille !

Malgré ça, chacun a un rendu harmonieux et cohérent avec sa tenue, sa silhouette et son style.

Lui comme moi sommes bien conforts dans notre blouson.

blouson tonquin arashi denim

En conclusion, cultiver son œil et tester

Enfin, et c’est peut être le conseil style clé de Borasification : cultive ton œil.

Aujourd’hui, on a abordé les tailles, ça vaut aussi pour tout le reste : les couleurs, les coupes, …

Je sais que la question sur comment bien choisir sa taille en vêtement est un classique, un top de la recherche Google, lorsque l’on débute et que l’on se cherche. Et c’est normal.

Il est rassurant de se fier à des chiffres et pourtant, on se trompera quand même. File en magasin, même un Uniqlo. Fais des essais, regarde comment tombent les vêtements, teste plusieurs tailles. Idem sur Vinted, demande des photos portées, la morphologie, du mec, et lance-toi.

Tu te tromperas toujours un peu, de temps en temps, c’est le jeu.

Mais tu vas progresser et surtout, développer un style dans lequel tu te sentiras bien.

+++

Inscris-toi pour rejoindre notre communauté et ne rien rater de l’actualité du site. Derniers looks, conseils et contenus exclusifs, c’est tous les mardis dans ta boite mail.