L’IMPORTANCE DU VOLUME DANS UNE TENUE

Bonjour à toi,

Après le défilé des copains sur Borasification, c’est à mon tour de passer à la casserole (depuis le temps que je repousse l’échéance Boris commençait à désespérer) !

Pour ceux qui ne me connaissent pas, quelques mots sur moi rapidement :

 

MA PRESENTATION

 

Random de mon pseudo, Corentin de mon prénom, 32 bouteilles et originaire de cette belle région qu’est le sud-ouest et plus précisément de Bordeaux.

Ancien du CUC (comme un camion) de la belle époque, j’ai commencé à m’intéresser aux fringues sur le tard (la vingtaine bien tapée). Au début comme tout le monde avec des basiques bien fittés, histoire d’apprendre les bases, mais rapidement dans ma recherche d’un style un peu plus poussé et challengeant, je suis tombé dans ce que l’on appelle : l’avant-garde.

C’est donc sur des designers comme Rick Owens, Julius ou Ann D que mon attention s’est tout d’abord portée, car c’était les plus facile d’accès à l’époque. Puis après quelques années à apprivoiser ce style assez particulier, qui demande de mettre de côté ses préjugés sur le noir et l’absence de couleurs dans une tenue, j’ai eu un vrai coup de cœur pour deux designers considérés encore aujourd’hui comme les architectes de ce mouvement : Yohji Yamamoto et Rei Kawakubo (Comme des Garçons).

 

yohji-and-rei

Yohji Yamamoto & Rei Kawakubo

 

Ce qui m’a séduit chez eux, c’est leur approche toute particulière des volumes et des proportions. On parle ici de pièces pensées comme des armures sous lesquelles le corps s’efface pour laisser parler un drapé, un volume, une longueur ou encore une matière inattendue. Au delà de l’utilisation du noir et l’absence de couleurs (ce qui à l’époque était rare sur les podiums), ils ont contribué à l’élargissement des coupes, la déconstruction des standards de proportions, l’utilisation de matières brutes et peu travaillées à côté d’autres plus précieuses etc. Bref une vraie petite révolution qui a choqué pas mal de monde dans ces années là mais que l’on a vu par la suite apparaître chez d’autres designers ou  grandes maisons du luxe.

 

J’ai donc petit à petit appris à jouer avec des proportions exagérées, des volumes amples que l’on trouvait peu chez la plupart des marques et tout cela en construisant ce que l’on pourrait appeler une « silhouette signature ». Tu sais ces proportions avec lesquelles tu te sens le plus à l’aise, qui font que ta tenue te semble cohérente, qu’elle « te ressemble » et à laquelle les gens finissent peu à peu à t’associer ? Bah c’est ça que j’appelle une silhouette signature et Boras n’est pas en reste là-dessus puisqu’il a peu à peu développé la sienne (ses fameux pants tappered sur des shoes racées pour un rendu agressif et dynamique).

Pour ma part l’oversized est rapidement devenu ma drogue, au point même qu’aujourd’hui aucune pièce slim ou semi slim n’a sa place dans mes placards.

J’ai l’avantage d’être plutôt grand et mince (1m85 pour 77kg) donc je t’accorde que cela aide aussi pas mal pour contrebalancer des volumes qui peuvent vite devenir difficiles à apprivoiser sur le quidam de petite taille (et encore … Solara est un parfait contre-exemple). C’est donc fort de ces années à composer avec des coupes amples et surtout du NOIR, que j’ai décidé de m’extirper un peu de ce cliché du Darkwear et d’essayer de retrouver ces mêmes volumes dans des marques plus consensuelles mais qui ont le gros avantage de me permettre d’ajouter de la couleur dans mes tenues !

Bref je te laisse jeter un œil sur mon Instagram pour te rendre compte de quoi je parle, voir un peu d’où je viens stylistiquement et où je vais 😉

 

Assez de blabla sur moi parlons un peu chiffons avec du concret et des images.

Ps : Tu m’excuseras le téléphone à la main sur les photos, ce n’est pas un placement de produit pour la marque à la pomme, c’est juste que je shoote seul et qu’il me sert de télécommande à distance

 

LA TENUE : DE LA FISHTAIL PARKA BIEN OVERSIZED ET DES TONS CLAIRS

 

Ce changement de cap a pour moi a été l’occasion de revenir à des labels que je portais dans le temps mais que j’avais un peu perdu de vue depuis plusieurs années. Si je ne devais en citer qu’un ça serait Engineered Garments. Le désormais bien connu label du collectif Nepenthes et développé par Daiki Suzuki qui aura été un des tous premiers à revisiter les classiques du vestiaire workwear Américain pour les retravailler à la sauce japonaise avec ce cher Hiroki. Je ne te ferai pas un cours d’histoire sur la marque, d’une parce que je ne suis pas assez calé dessus et de deux parce que ce n’est pas mon genre (mon attention se porte plus souvent sur les possibilités de construction qu’offre une pièce plutôt que sur le côté technique ou encore l’histoire de la marque).

 

engineered-garments-aw-19-lookbook

Lookbook AW19 de Engineered Garments

 

Dans cette tenue, clairement la pièce forte est facilement identifiable, la highland parka de chez EG. Celle-ci date de la fin 2015 et est en denim brossé, c’est un peu le modèle phare de la marque puisque elle est encore produite quasiment chaque saison dans différentes matières même si des ajustements ont été fait dans les coupes et sur le design général. Comme tu l’auras remarqué, elle est (très) oversized et c’est justement ce pourquoi j’adore cette pièce. Loin de la mode des parkas citadines très propres, elle apporte un vrai côté « brut » à la tenue avec sa texture mais surtout beaucoup de volume ! Typiquement ce que je recherche et que j’apprécie car elle impose d’être assez rigoureux dans le choix des proportions à adopter pour le reste de l’outfit.

 

Parka : Engineered Garments AW17 Highland Parka / Pants : Engineered Garments Fatigue Pants / Shoes : Nike x Acrnm Lunar Force 1

 

La parka a une coupe bien ample, ça se voit notamment au niveau des manches qui sont très larges, ce qui entraîne un effet drapé au niveau du haut de la manche et de l’épaule. La coupe est également pensée pour avoir un volume intéressant dans le dos qu’il est possible de moduler grâce au cordon de serrage. Le bas du dos lui est caractéristique et à l’origine du nom donné à ce type de parka dite fishtail (en queue de poisson).

 

 

On peut même la porter en mode « Dora l’exploratrice » pour faire des éditos chez les copains blogueurs ! Si c’est pas beau ça ? Daiki a pensé à tout 😊

 

Tu pourras voir l’attention portée aux détails (comme souvent avec EG), que ce soit le double système de boutonnage (boutons pression et classiques), les grandes poches intérieures, la doublure en velours côtelé contrastant sur pleins de parties de la pièce, le cordon de serrage à la taille caché, les coutures renforcées etc. On est sur du vrai travail de design et de construction. Par contre on est pas du tout sur une pièce techwear, le denim brossé est épais certes mais aucunement waterproof car non enduit, même s’il est très agréable à porter de par le traitement brossé apporté à la matière.

 

Engineered Garments AW17 Highland Parka Bull Denim

 

Un mot également sur la maille, elle vient de chez Stephan Schneider. Un designer Allemand formé à Anvers en Belgique qui pour moi propose ce qui se fait de mieux à ce niveau. C’est toujours très quali (fait main) et souvent bien senti niveau design grâce à des couleurs ou des motifs originaux que l’on ne retrouve pas ailleurs (les tissus de la marque lui sont exclusifs). Ici c’est un pull en mix laine vierge et alpaga de la saison dernière AW18 dans un blanc crème chiné avec du marron et qui présente une texture nid d’abeille. Ultra confortable et surtout bien chaud pour pouvoir porter la parka également ouverte sans avoir froid.

 

Stephan Schneider AW18 wool & alpaga sweater

Le pantalon est un fatigue pant de chez EG avec un bon leg op pour permettre d’amener de la largeur en bas et répondre aux volumes du haut de la tenue tout en rappelant les cws du pull. Je porte souvent mes revers assez haut pour casser la longueur de jambes et étager la tenue, ça permet également de plus facilement porter des shoes plus imposantes.

D’ailleurs quelques tips pour les mecs aux grands panards (je fais un 45 moi même), parce que c’est pas toujours évident de trouver des paires qui ne font pas péniches :

  • Privilégiez les shapes généreuses qui évitent que la longueur du pied soit accentuée (les converses c’est rarement une bonne idée pour nous par exemple).
  • Évitez les lasts (bout du chaussant) trop pointus à l’italienne, préférez les formes arrondies ou carrées (les chausseurs Anglais / US font ça très bien)
  • Essayez de trouver un laçage qui descend assez bas sur la chaussure ou jouez la carte des brogues (perforations en bout de chaussure), ça permet encore de casser visuellement l’impression de pied trop long en remplissant l’espace.
  • Enfin vous pouvez aussi opter pour le choix des semelles conséquentes type commando, vibram & co. Ça donne de la hauteur à la chaussure et donc équilibre la longueur pour un rendu global plus esthétique à l’œil.

 

Pants : Engineered Garments Fatigue Pants / Socks : Uniqlo / Shoes : Lunar Force 1 Nike x Acrnm

Ici les sneaks sont une revisite des classiques Air Force 1 de chez Nike par la marque tech-futuriste Acronym, honnêtement j’adore leur design et leur confort et c’est ma paire « sans prise de tête » que je suis capable de porter quasiment avec tout. Ce sont un peu mes Stan Smith à moi ! J’aime bien mixer les influences au sein d’une même tenue et je trouve que les shoes sont parfaites dans ce rôle, là elles amènent une touche techwear qui dynamise le tout alors qu’une paire de boots ou de derbies auraient été plus “convenues”.

 

LE MOT DE LA FIN

 

Pour résumé, l’utilisation du volume dans une tenue est selon moi ce qui apporte ce côté « advanced » et qui donne une impression de style plus pointu à n’importe quelle tenue. On peut soit jouer la carte volume partout comme ici et dans ce cas le “noyer” un peu dans la masse avec des pièces qui lui font écho. Soit faire le choix de l’assumer totalement et de le mettre en contraste avec du plus fitté pour l’accentuer encore plus. C’est selon les préférences de chacun !

Ne perd pas de vu que tout est une question d’équilibre et que de ce côté-là il n’y a pas forcément de règles mais plutôt du bon sens et apprendre à faire son œil. Je ne peux que t’encourager à aller regarder sur insta, dans les lookbooks ou les pics de défilés pour voir comment apprivoiser les coupes amples et surtout à essayer et se tromper car au final c’est comme ça qu’on progresse.

 

Voilà pour ma modeste contribution, j’espère que tu auras pris plaisir à lire tout ça et n’hésite pas à me dire ce que tu en penses en commentaires !

 

Je remercie Boras pour la tribune sur son blog et je vous promets de revenir rapidement avec encore plus de volumes et de vêtements trop grands 😉

 

A vous les studios !