La lettre au père noël de la rédaction

Superbe composition de noël de Nikko sur un brief de Boras très détaile : tu peux faire un sapin avec une veste olive

On prend les mêmes (et quelques nouveaux) et on recommence.

Borasification, ton blog de mode pas comme les autres, te propose une nouvelle fois les lettres au père noël de la rédaction.

J’adore utiliser ce terme, ça fait sérieux, le “plus pro des amateurs”.

Allé, je te laisse avec nos envies cadeaux et digressions de noël.

Romi

Chère Papa noël, cette année je trouve que j’ai particulièrement sage et surtout il faut contrebalancer le fait que je n’ai pas pu bosser durant plusieurs mois à cause du Covid 5 à (l’heure où je t’écris ces quelques lignes, je ne bosserais pas avant minimum 1 mois et demie). Pense à moi, histoire que j’ai quand même quelque chose.

En premier lieu, j’aimerais terminer ma collection de Détective Conan, j’ai les 14 premiers tomes, et ils en sont au 97ème, en plus comme un gros teubé j’achète d’autres séries à coter, si tu pouvais me donner un coup de pouce ça ne serrais pas de refus.

En deuxième lieu, j’ai pour projet futur d’avoir une pièce livres/bd/geek histoires de caser une de mes nombreuses passions, me faudrait un truc pour pouvoir m’y installer confortablement, j’aimerais bien un Togo de chez Ligne Roset, j’en ai déjà deux dans mon salon, mais ma compagne ne voudras pas que je les prenne pour le coup.

En troisième lieu une paire de Alden mocassin Tassel, j’ai envie de tester des nouvelles chose, ça m’obsède depuis quelque temps, de toute façon si ce n’est pas toi qui me les offres, je finirai par craquer de mon té-co.

Tu peux retrouver Romi sur Instagram !

Cedo

Ça ne serait pas une liste de Noël si je ne mettais pas de 1stPAT-RN sur la liste. J’ai commandé la ranger vest dans la nouvelle matière de la saison, le big check, amoureux de la matière, cette ander jacket me fait de l’œil:
Ça fait plusieurs fois qu’on me dit que ma chemise blanche ne marche pas dans mon look, col trop petit. Donc voilà une chouette OCBD sur la liste de Noël, cadeau utile:
C’était sur ma liste d’anniversaire, et malheureusement en rupture lorsque ma femme a voulu le commander, donc on remet sur la liste de Noël ce Ronan Knit Vest de chez KOG
Bien évidemment il fallait du engineered garments, cette parka est entrée sortie entrée sortie … de mon panier. Elle me plait vraiment, la vérité, je n’en ai pas besoin, j’ai déjà une chouette parka mais si c’est offert ça change tout:

Et finalement celle-ci qui était déjà dans ma wish list l’année dernière… cette iris jacket de Visvim.. des pièces sont tellement chères qu’elles sont faites pour rester à vie en wish list:

Ced
Retrouve Ced sur Instagram et ses articles sur 1st Pat-RN ici.

Qube

Rien de spécial pour moi cette année, j’essaye de consommer moins, même pendant les fêtes de fin d’années 🙂
Par contre, j’avoue, il y a quand même un objet un peu particulier qui me fait de l’œil…
Je me suis remis à faire un peu de son/bruit pour la musique d’intro de notre podcast. Je dois dire que malgré un manque cruel de théorie musicale et surtout d’expérience (je ne suis absolument pas musicien), j’ai vraiment kiffé me remettre à jouer, expérimenter (encore) et composer (si on peut dire composer ^^).
Bref, tout ça pour dire que je me suis remis en tête une petite folie musicale, l’OP-1 de Teenage Engineering. Sous ses airs de jouet se cache en fait tout un arsenal pour faire de la musique en mode nomade (ou pas d’ailleurs).
Je vous mets 2 liens vers des vidéos pour que vous voyez la bête en action.
C’est une petite machine ultra polyvalente et qui a l’air super fun ! On peut faire énormément de choses avec, parce que c’est à la fois un synthé, un séquenceur, un sampler, c’est assez fou dans une si petite boite !
Voilà, c’est tout pour moi, à bientôt
Retrouve l’ami Qube sur Instagram et sa série d’articles sur le blog ici.

Nikko

Plutôt que de vous parler de cadeaux de Noël, de do want, j’avais envie de vous faire part de ma réflexion sur cette année 2020 particulière, c’est le moins qu’on puisse dire.

Je vous déroule donc le fil de ma pensée tel quel, sans filtre ni tabou.

Vous savez, moi, je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise année. Moi, si je devais résumer mon année aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des confinements, des gens qui m’ont tendu un masque, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les couvres-feu, les confinements, forgent une destinée… Parce que quand on a le goût de l’attestation de déplacement, quand on a le goût de l’attestation de déplacement bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face, je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ce n’est pas mon cas, comme je le disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu! Et je dis merci à 2020, je lui dis merci, je chante 2020, je danse 2020… Je ne suis qu’amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? », eh ben je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de 2020, ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une sortie de trois heures, mais demain, en 2021, qui sait, peut-être seulement à me faire vacciner au service de la communauté, à faire le don, le don de soi…

Vivement 2021 hein?

Retrouve Nikko sur Intagram et ses articles ici.

 

Antoine

Cher Père Noël

Je suis toujours pragmatique dans mes cadeaux de Noël, cette année j’ai envie de retrouver mon âme d’enfant et, rien que pour le plaisir, de mêler des rêves réalistes à des choses complètement inaccessibles.
– d’abord une bonne pièce d’outerwear bien enveloppante pour mon quotidien à vélo. Je craque sur la forme du Kapital Ring Coat avec son col énorme et multiples façons de le porter. D’ailleurs je me suis mis à la couture parce que j’ai vu sur Reddit qu’un type s’en est fait un lui-même… donc si tu peux m’offrir deux mois de vacances avec ma machine à coudre, une bonne toile bien solide pour l’extérieur et une belle flanelle de laine toute douce pour le dedans ce serait parfait. Sinon un modèle du commerce dans ce genre de couleur m’irait déjà très bien :
– pour avoir la classe sur la route il me faudrait un vélo cargo pour balader mes enfants avec plus de souplesse qu’en carriole. Un Yuba Spicy Curry par exemple
– si tu as envie de faire un peu de magie, un petit voyage dans le temps vers le 4 Avril 2018 pour voir en vrai le concert Murmurations Live, de Simian Mobile Disco avec le Deep Throat Choir. Pour l’instant je me contente de l’enregistrement qu’ils ont mis fort gracieusement sur Youtube.
– Le seul vêtement que je peux porter au quotidien toute l’année: le parfum Vétiver Extraordinaire, de Frédéric Malle. Tu connais ma passion pour le vétiver et le temps que j’ai passé à essayer tous les vétivers du marché, celui-ci est à mon sens le plus réussi, il remplacera fort bien ma bouteille d’Encre Noire qui commence à se vider
– En guise de compagnons au quotidien, un set de stylos et porte-mine Kaweco Sport en métal, pourquoi pas la finition laiton, qui devrait bien se patiner. Je me chargerai de coudre le petit étui pour ranger tout ça proprement.
– Last but not least, une année 2021 pleine de contact physique, avec la possibilité pour moi de participer à quelques stages et soirées Tantra !
Voilà pour mes idées, maintenant je compte sur toi !
Tu peux retrouver Antoine sur Instagram et ses articles DIY ici.

Ewen

Noël fait toujours naître en moi un sentiment contradictoire, c’est à la fois une fête commerciale qui pousse à la surconsommation à une époque où il n’est plus besoin de prouver la catastrophe que ça entraine à tous les niveaux.
Mais ça reste aussi une belle occasion de voir les amis et les proches pour passer du bon temps ensemble.
Pour moi, le cadeau de Noêl c’est plutôt le petit geste qui va toucher la personne qui le reçoit par son caractère personnel.
Et j’y vois aussi l’occasion d’apporter son soutien à un projet intéressant ou à quelqu’un qui en a besoin plutôt que de lâcher un billet à Amazon and co. C’est encore plus vrai pour ce cru 2020 pour les raisons connues de tous.

Sans plus attendre quelques idées cadeaux :

Un peu de lecture

Pour soutenir les libraires indépendants tout en offrant la possibilité de s’évader ou de s’enrichir.

“Algues Vertes, l’histoire interdite” : une enquête révoltante sous forme de BD, pas besoin d’être breton pour apprécier. L’agriculture intensive et les conséquences notamment sur la qualité de l’eau est une problématique commune.
“Les algues maudites sont le symptôme d’un mal profond qui prend ses racines dans les lois de modernisation agricole, leur fumet s’immisce dans une nébuleuse d’intérêts et de lâchetés mêlant gros bonnets de l’agro-industrie, scientifiques à la déontologie suspecte, politiques craignant pour l’emploi ou leur réputation touristique”. Si vous ne voulez pas savoir à quel point on nous prend pour des cons, surtout n’ouvrez pas les pages de cette BD.

“Fortune d’Afrique” : l’été dernier j’ai voyagé léger chez mes beaux parents et lorsque j’ai été en manque de lecture mon beau-père m’a recommandé ce livre. Ca n’a pas été un coup de foudre, les briques à papier fin police 10 c’est pas trop ma came d’ordinaire. Mais, j’ai confiance en mon beau-père. Après un démarrage assez poussif pour se mettre dans l’ambiance j’ai vraiment accroché. Je crois bien que c’est le premier vrai roman d’aventure que je lis et je dois dire qu’en cette année si particulière ça a eu un écho particulier en moi. Je ne vais pas rentrer dans le détail car vous trouverez aisément le résumé. En tout les cas, c’est vraiment bien écrit, les tournures de phrases et le vocabulaire sont riches et malgré tout c’est absolument pas prise de tête.

Une bonne bouteille de vin bio, biodynamique ou nature

C’est le cadeau le plus prévisible et ennuyeux qui soit quand il s’agit d’une bouteille de vin issue de l’agriculture conventionnelle et choisie de manière impersonnelle au hasard dans un linéaire de 60 m ou des milliers de références prennent la poussière. Mais ça peut-être tout l’inverse quand on franchit la porte d’un caviste indépendant :

– Déjà, c’est la garantie de passer un bon moment en tant qu’acheteur (essayez vous verrez). Echanger avec un passionné qui connaît son métier, les produits qu’il vend et les fabricants derrière chaque étiquette.
– C’est aussi la garantie de repartir avec un cadeau singulier. Possibilité de partir sur un vin qui sera raccord avec les goûts de la personne à qui vous l’offrirez ou bien d’essayer de la surprendre en partant sur une bouteille plus confidentielle et atypique.
– Avant toute chose, offrir une quille ça comporte un aspect symbolique fort. Plus qu’un simple liquide dans un flacon c’est surtout une invitation à partager un bon moment ensemble et à découvrir le travail d’orfèvre de passionnés.

L’application Raisin vous permettra de trouver les cavistes intéressants près de chez vous.
Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, je recommande le site Vins chez nous

De la musique

Je profite de l’occasion pour mettre en avant un groupe, Odezenne, que j’apprécie particulièrement et qui casse en ce moment les prix de leur albums et vinyles pour le plus grand plaisir de vos tympans. J’ai saigné leurs sons sur les plateformes en libre accès depuis un an et je me dis que c’est important à un moment de leur rendre ça. Je vous invite à en faire de même avec vos crush musicaux.
https://boutique.odezenne.com/

Des arbres

EcoTree rachète des forêts ou des terrains agricoles à l’abandon pour les remettre en l’état, y planter les arbres en questions et les revendre à l’unité à des particuliers ou à des entreprises. Mon frère m’en a offert un l’année dernière et ça m’a fait plaisir. L’entreprise met en avant le rendement qu’il est possible d’espérer sur les arbres après plusieurs années ainsi que le geste pour la planète. C’est vraiment uniquement cet aspect qui me plaît. Se dire qu’il est possible d’apporter sa toute, toute petite contribution à la reforestation (et donc à l’absorption du dioxyde de carbone) quand on sait son importance.

J’aimerais finir en rappelant que Noël c’est aussi l’occasion de donner à d’autres qu’à ses proches (quand on en a les moyen). Ca marche pour le reste de l’année aussi mais en tout cas c’est le dernier moment pour le faire avant 2021.
2020 aura été particulièrement compliqué pour les associations / organismes qui se sont vus couper une bonne partie des subventions publiques qui les finançaient en plus d’un fonctionnement au ralenti en raison du Covid.

Profitez bien et prenez soin de vous

Retrouve Ewen sur Instagram et ses articles ici

Solara

1/Les huit albums solo de John Lennon en disques vinyles
Pour les 40 ans de sa disparition, il fallait que je fasse mon petit hommage à l’artiste qui m’a le plus marqué durant mon enfance et adolescence, et qui continue encore à m’accompagner. Beaucoup vont dire que son œuvre solo n’a pas été aussi novateur qu’avec The Beatles. Je le trouve néanmoins bouleversant. Lennon aborde continuellement des thèmes personnels et se dévoile avec une sincérité la plus touchante.

Pourquoi en vinyle? Tout simplement car j’aime l’objet et la chaleur du son analogique (c’est subjectif ;))
2/ Du Mark Rothko dans mon salon
Rothko est un peintre américain qui a connu le succès à partir des années 50.
Son style : des couleurs, disposées en aplats et en bandes qui composent des tableaux de grandes tailles. J’ai pu voir quelques œuvres au Guggenheim de Bilbao cet été et j’ai rarement été aussi captivé par une œuvre!
Depuis, je suis en quête de posters d’exposition à mettre dans mon salon.

3/ Revenons aux vêtements pour terminer, mais restons dans la couleur. Cet hiver, j’ai une sorte d’obsession pour le vert. Je n’ai acheté que deux vêtements ces derniers mois et ils sont verts. En trainant sur le net je suis tombé sur un modèle d’Auralee de 2017 nommé “Beaver melton soutien collar”.

Superbe. Un design simple, une coupe à l’ancienne, c’est à dire généreuse et légèrement en A, et ce drap de laine vert olive… Need!
Retrouve Solara sur Instagram et ses articles au style inimitable ici.

Julien

L’année dernière, je vous avais parlé d’une paire de boots Red Wing. Je les ai achetées. Je vous ai parlé d’un ampli connecté. Je l’ai acheté (enfin pas le Onkyo, mais un Yamaha). Papa Noël a été sympa avec moi, même si c’est moi qui ai payé (il est radin lui)…

Cette année, et notamment en cette fain d’année, je me suis pris à « faire le vide » chez moi, dans ma garde robe par exemple, histoire de ne garder que les pièces que j’aime le plus.

Je suis donc dans un état d’esprit de consommer peu mais mieux (bientôt je serai habillé par les protos Borali donc ça sera super!^^).

En vêtements je n’ai donc pas vraiment de trucs en tête, en mode « je le veux vraiment », ça sera plutôt des coups de coeur que j’achèterai avec parcimonie. Je fais juste une entorse avec les New Balance, parce que je kiffe trop ces shoes !

Mais là, j’aimerais me faire plaisir sur un accessoire qui d’habitude ne m’intéresse pas plus que ça : une montre. Je ne suis pas un connaisseur, je ne cherche pas des trucs trop chiadés et trop chers (j’ai pas les sous de toute façon), mais pour changer un peu de ma Seiko 5 Military, j’aimerais un autre modèle sympa.

Et je suis tombé sur cette jolie… Seiko ! (pour changer…) C’est un modèle de la gamme Presage, mouvement automatique, qui vient apparemment de sortir, je la trouve très jolie. Le cadran est sobre, juste la couleur apporte un peps sympathique. Aussi, son bracelet en cuir vert apporte un truc assez Street Heritage. Je m’habille toujours dans des tons qui vont avec le « olive drab », je pense donc que cette montre irait parfaitement à mon poignet…

Retrouve Julien sur Instagram et bien sûr ses articles ici

Antoine

Cher Papa Noël,

L’hiver est bien là et j’ai un peu froid dans le grand nord lillois où j’étudie désormais. Certes, j’ai ma parka Lucas beige de chez FrenchTrotters que je chéris et traine depuis quelques années, mais j’aimerais apporter de la variété, que ce soit en style et en confort. Je suis tombé amoureux des doudounes sans manches Christy de Rocky Mountain Featherbed avec leur col en mouton. Je les ai découverts il y a quelques mois grâce à Jinji. Mais c’est bien celle en bordeaux issue de la collab avec la boutique néerlandaise Frans Boone qui me fait rêver (rêver seulement, je ne crois pas qu’ils fassent des tarifs étudiants ahah). Cette pièce est une réinterprétation des doudounes américaines des années 1960, à la sauce japonaise comme j’aime très fort. Père Noël, si tu pouvais demander à tes lutins de me l’apporter, je t’en serais éternellement reconnaissant.

En ce 25 décembre, j’aimerais qu’avec ton traineau tu apportes aussi sous mon sapin un bel accessoire de chez Harpo. Si tu pouvais m’offrir toute la boutique, j’en serais plus que ravie mais je crois que c’est trop t’en demander. Ce que j’aime par-dessus tout chez eux, ce sont leurs accessoires forgés d’une plume et plus particulièrement leur bracelet Navajo BRW142, en argent massif. Il serait bien sur mon poignet que je garnie lentement mais sûrement. Et avec la Rocky Mountain, il ne sera pas caché par des manches épaisses, c’est un bon deal.

Enfin, je souhaite depuis quelques temps me mettre au pantalon blanc sans trop arriver à me décider par lequel commencer. Un Levi’s vintage 501 blanc ? Le French Work Pant de chez OrSlow? Le Painter Pants Denim Ecru de chez Drapeau Noir ? Ou encore le Chino Natural Denim Selvedge 12oz de chez 3sixteen ? Non, non, non et non. J’aimerais tous les avoir mais je dois seulement faire un choix. Papa Noël, je souhaite que tu m’offres le pantalon Riviera de chez Brut, s’inspirant des chinos de l’armée française lors de la guerre d’Indochine. Il a vraiment un truc en plus, avec sa taille haute, les deux plis frontaux et l’effet rayure ton sur ton écru rendu par le tissage.

Voilà Papa Noël, c’est tout ce que je veux pour cette année, je n’en demande pas plus.

Antoine

Retrouve Antoine sur Instagram et ces brèves ici.

Matthieu

Une Precision bass de chez Fender

Fender Player Series Precision Bass, finition Capri

Comme vous le savez peut-être déjà, je suis musicien. J’ai commencé la musique jeune, par la pratique du cor d’harmonie. Au lycée, pour pouvoir jouer en groupe avec les amis (et plaire aux filles), je me suis mis à la basse électrique. Puis j’ai intégré le conservatoire en cursus Jazz. J’y ai également appris la contrebasse. Pendant quelques années, j’ai même vécu de la musique, en donnant des cours de basse, de solfège et d’harmonie, et en faisant quelques cachets. Mais la raison m’a poussé à m’orienter vers un emploi peu plaisant et tout sauf épanouissant, mais qui m’assure de pouvoir payer mon loyer et remplir mon frigo chaque mois.

J’ai possédé pas mal d’instruments ; je n’en ai conservé que trois : une Jazz Bass frettée, une Jazz Bass fretless, et ma contrebasse. Mais, depuis quelques temps, je ressens une forte envie d’ajouter un quatrième instruments à la liste : une Precision Bass.

La Precision, c’est la première des basses électriques. Lancée en 1951 par Leo Fender, elle s’est vite imposée dans les productions musicales des années 50 et 60, et a accompagné la naissance de nombreux courants musicaux. C’est un instrument simple et rustique : un seul micro, une électronique passive, un potard de volume et un de tonalité, et c’est tout.

Le grand James Jamerson et sa Precision Bass, à qui on doit les extraordinaires lignes de basse des plus grand titres de la Motown

Pendant longtemps, j’ai dénigré la Precision. Je trouvais le manche trop épais, et l’instrument pas assez polyvalent. Rien n’est plus faux, car le son de la Precision se retrouve autant dans la Pop que dans le Metal, dans la Soul que dans le Jazz fusion. D’ailleurs, comme le disait un de mes anciens professeurs, trois basses suffisent pour couvrir le son de basse de 90% des musiques enregistrées entre 1950 et 2000 : une Jazz Bass, une Musicman Stingray, et une Precision Bass.

Michael League, bassiste de Snarky Puppy, ne joue pratiquement que sur des Precisions. Si vous ne connaissez pas Snarky Puppy, allez y jeter une oreille !

Je suis quelqu’un de simple. Une petite Precision mexicaine suffirait amplement à me rendre heureux. Et comme mes Jazz Bass sont toutes les deux en finition sunburst, une couleur plus originale pour ma Precision, comme ce joli capri, me tenterai bien.

P.S. : je possède toujours un site internet, https://matthieugilot.wordpress.com/, sur lequel j’explique des concepts d’harmonie et d’arrangement, et où je partage quelques découvertes musicales. Malheureusement, ma vie professionnelle ne me laisse plus guère le temps de publier à un rythme satisfaisant. Mais si le sujet vous intéresse, vous pouvez aller y jeter un œil. Cependant, je ne vous en voudrai pas si le sujet ne vous intéresse pas !

Fisher Space Pen Bullet, le stylo qui a été dans l’espace

 

J’aime les beaux objets du quotidien ; j’aime les beaux briquets, les beaux couteaux, les planches à découper en bois, les casseroles en cuivre et les cocottes en fonte. Et j’aime les beaux outils d’écriture.

 

Ce sont les stylos plume qui ont ma préférence. J’ai toujours trouvé les plumes élégantes. Le confort d’écriture qu’elles offrent est bien meilleurs ; elles permettent à la main de prendre une position plus naturelle, et elles ne nécessitent pas d’appliquer une pression sur la pointe.

 

Pendant longtemps, j’avais toujours avec moi un stylo plume Kaweko Sport. C’est un bel objet, bien pensé, dont la taille et le poids font qu’il s’oublie facilement au fond de la poche.

Mais, car il y a un mais. les plumes ne supportent pas les papiers médiocres. Sur un papier de mauvaise qualité, l’encre bave ; sur une feuille au grammage trop léger, l’encre traverse. Or, nous vivons dans un monde où nous sommes entourés de papier de merde : fournitures bas de gammes dans les environnements professionnels, formulaires imprimés sur des feuilles premier prix (vous savez, celles là même qui provoquent des bourrages papier dans les photocopieuses), documents avec papier carbone qui imposent l’usage du stylo bille. J’ai fini par délaisser mon Kaweko, à contrecœur, car force est d’admettre qu’il est inutilisable dans la plupart des situations du quotidien.

Si je dois me résoudre à écrire avec autre chose qu’une plume, je veux que ce soit avec un stylo qui ait de la gueule. Et ce stylo, c’est un Space pen de Fisher. Comme sont nom l’indique, c’est un stylo qui a été développé en 1965 par Fisher pour la NASA, qui avait besoin d’un outil d’écriture adapté pour ses astronautes.

le modèle AG7, le tout premier à avoir été développé.

Newton ou Einstein vous l’expliqueraient mieux que moi, mais ce qui permet à l’encre de se déposer sur une feuille, c’est la gravité. Mais alors, comment écrire dans l’espace, en apesanteur, là où personne ne vous entendra crier ?

La réponse est simple : des cartouches d’encre pressurisées. Ça fonctionne dans l’espace, mais également sous l’eau, ou encore la tête à l’envers. Ai-je vraiment besoin d’un stylo qui me permette d’écrire dans l’espace ou au fond de l’océan ? Sans doute pas. La tête à l’envers ? Sait-on jamais.

Parmi les différents modèles développés par Fisher, celui qui a ma préférence est le Bullet en laiton. En terme de sobriété de design et de compacité, difficile de faire mieux. Quant au laiton, c’est un métal que j’aime beaucoup, et dont la patine est toujours pleine de personnalité.

Le Fisher Space Pen ira parfaitement avec mes carnets Rite in the Rain. Ce sont des carnets utilisables sous la pluie. J’en ai toujours un sur moi également !

Matthieu, toujours aussi précis. Tu peux le retrouver sur Instagram et sur le blog avec ses guides ultra documentés.

 

Je ferme la marche

Alors que j’ai tanné les gars pour me fournir chacun leur lettre, nous voilà le 24 décembre, 7h35 du matin, assis dans un TGV et strictement aucune envie, mis à part dormir. Pourtant j’ai des trucs à dire à ce vieil homme vêtu de rouge et blanc.

Hey papa Noël,

Enfin bonjour, j’ai commencé sans te faire les politesses il y a un an et je n’ai pas vraiment eu ce que j’avais demandé. Il faut dire qu’il y avait une part de bouteilles à la mer.

Et au final, merci de m’avoir permis de retrouver le chef d’œuvre que Gunnm. Je ne saurais dire pourquoi cette fable, d’un futur où tout parait si désespéré, m’inspire autant.

Bref, je n’ose plus rien te demander depuis ce noël 2019 où tout a basculé en quelques semaines. Entre l’AVC de mon chat de famille, sa mort, puis le mien (mais pas la mienne), je ne vois plus cette période comme avant.

Quoi que cela a renforcé ce qui germait en moi depuis quelques années, le besoin de me détacher de “tout ça”.

Alors la leçon de vie que toi, la vie ou le destin m’ont donnée en janvier dernier, je la chéris.

2020 se termine comme elle a commencé : dans le flou et l’émotion.

Seul le ton n’est plus le même et tous les voyants sont  au vert.

J’ai demandé une seule chose dans ma suite royale à Foch : du temps.

Alors je ne sais pas si c’est toi, en retard, qui m’as fait ce cadeau mais merci !

Du coup, j’ai pris ce virage, et il est temps d’accélérer pour maintenir la trajectoire vers cette autre vie.

(J’ai appris ça sur Gran Tourismo, si t’arrive trop vite dans un virage trop serré, il est trop tard pour freiner:  accélère)

De fait, je ne te demanderai qu’une chose pour continuer à avancer, et en restant un peu stylé : Kestin Neist apron.

Oui c’est un tablier.

Spoiler : je ne me mets pas à la cuisine ^^

Ah si, j’allais oublier.

Tu ne voudrais pas reprendre ton costume vert (je suis sûre qu’il était un peu olive en plus ) et mettre au placard cet affreuse tenue rouge que tu ne dois qu’à Coca.

Je pourrais plus facilement faire une tenue de noël pour 2021 !

Le point final

Attends non, ce n’est pas le dernier article du blog mais un peu comme l’année dernière, je n’ai pas de chute.

Alors je ne vais pas réinventer la roue, je te laisse avec la conclusion de 2019 : c’est ici.

Seul le tiramisu et l’heure changent.

Joyeux noël !!

+++


Si tu veux garder un œil sur une approche du style singulière, rejoins notre newsletter : conseils, looks et des exclusivités !