Compromis?

Le compromis est souvent qualifié de mou … sans personnalité.
Plutôt négatif comme appréciation.

Il est des compromis qui pourtant pourront être source d’inspiration … et c’est de la contrainte que viennent l’inventivité et l’amusement, non ?
La vieille europe des belles matières laineuses affutées pré-Brexit ou l’Asie de la subtilité douce des rendus mous longiformes avant-gardistes ?
Le monde du travail ou le plaisir de s’amuser ?
L’âge de raison ou rester déraisonné ? Bref …

En naviguant sans cesse dans l’entrelacs de ces ambivalences du quotidien, m’est venue cette tenue, parfaite pour présenter les trois quarts des pièces qui ont fait ma joie, rétrospectivement, de cet hiver :

1 / Tout d’abord ce gros manteau Balmacaan en tweed Donegal. Une pièce si compliquée à dénicher tellement ça part vite. Pièce anglaise par définition … qui, si elle comportait un peu plus de longueur, serait parfaitement intégrable dans les silhouettes du Levant.

2 / Ce pantalon en velours cotelé. Chopé en frip’ pour une bouchée de pain, avec quelques 4 à 5 cm “de trop” (dirons-nous par rapport à ma réelle taille) sur le demi-tour de taille. Il m’a régalé par sa polyvalence enveloppante et douce. Comme diraient certains : “le Cordu, c’est la vie !”

3 / Chauve n’est pas qui veut ! Le béret (Béarnais !) de chez Laulhhère m’a préservé en toute circonstance des firmas et de la sinusite. Une pièce bien trop souvent oubliée, pleine de savoir faire et d’une ergonomie indéfectible !

Les références

béret : Laulhere

manteau : SEH Kelly

blazer : Engineered Garments

pull  : Fred Perry

chemise : Uniqlo

pantalon : friperie

chaussures : Doc Martens

accessoires : Seiko / Studebaker Metals

stylisme / photos : Oxygum


Si tu veux garder un œil sur une approche du style singulière, rejoins notre newsletter : conseils, looks et des exclusivités !