Comment porter le bob, ce chapeau malaimé

Bien porter le bob est possible et on va te le prouver

Aujourd’hui, je vais vous parler du bob (aka le bucket hat) et vous montrer comment j’aime le porter. On le connaît tous. Il a eu son heure de gloire, a été délaissé, mais il revient en force depuis quelques temps. Pour être totalement honnête, je n’en portais jamais avant mon intérêt pour les sapes et surtout avant d’en coudre (je mens, j’en portais enfant, mais bon ça ne compte pas vraiment).

Mais à force de le voir un peu partout, j’ai eu envie d’essayer. C’est un peu comme les bagues, j’en parle souvent avec Boras, un jour, je testerai sûrement, je fonctionne au déclic, un jour.
(En vrai Bo, si tu m’en trouves une cool, je peux craquer… Je suis faible ^^)

Origine(s)

En me renseignant sur le sujet, j’ai vu qu’il y avait plusieurs origines historiques plausibles. Je ne suis pas un expert de l’histoire mais il semblerait que le bob date du début du 20ème siècle. Il était fait de laine et aurait été porté au départ essentiellement par les paysans irlandais pour travailler et se protéger de la pluie.

Le bob a une origine « fonctionnelle » hyper intéressante, en effet il avait pour ambition de rendre le chapeau plus pratique, léger et résistant. Il a d’ailleurs très vite séduit les soldats américains pour toutes ces raisons !

En parlant de soldats américains, le nom bob y fait directement référence car ce sont bien eux qui ont rendu ce chapeau si célèbre. Comme de nombreux vêtements d’ailleurs, les parkas, les chinos et bien d’autres ! Le nom viendrait du surnom qu’on leur donnait durant la seconde Guerre Mondiale en Europe : « Robert ». Le diminutif de Robert étant Bob, il fut rapidement associé à ce chapeau de toile.

Une mauvaise image

Surtout en France en fait, et notamment à cause des bob promotionnels (Cochonou/Ricard) qui furent distribué sur le Tour de France. Le mal est fait, le bob est catalogué comme un accessoire de mauvais goût…

Mais je pense que ce n’est pas tout, comme la casquette, c’est un accessoire qui a été « cheapisé ». Produit à très grande échelle, avec les formes, les coloris et les matières les plus ignobles possible, il en a gardé des cicatrices, son image en a encore pris un coup.

Et pourtant, on se retrouve aujourd’hui à en parler sur un blog de sape, comme quoi. Il revient en force ces dernières années et encore plus depuis peu, cet été, c’est bob ! Et franchement ce n’est pas pour me déplaire, c’est une pièce que j’aime de plus en plus et qui colle bien avec ce que j’aime faire. J’espère donc avec cet article, vous faire changer d’avis sur ce couvre-chef rempli de potentiel !

Le bob, le « vrai »

Pourtant le bob, bien porté, dans une belle matière, avec une belle forme, peut vraiment faire la différence dans une tenue. Quand on arrive à passer au-dessus de son image galvaudée.

C’est pour moi un vrai chapeau fonctionnel et pratique, qui peut convenir à toutes les saisons en fonction des matériaux utilisées pour sa confection. Il permet aussi bien de protéger du soleil en plein été ou d’une belle averse à la mi saison (surtout chez moi ahah).

Je ne suis pas spécialement fan du terme “polyvalence” dans le vêtement. Mais je ferai une exception pour le bob, il est pour moi clairement polyvalent et peut s’adapter à de nombreuses situations. Je n’ai jamais été très attiré par les couvre-chefs, mais je le reconnais volontiers, ce chapeau a réussi à me faire changer d’avis !

Le bob est un accessoire qui peut vraiment pimenter une tenue, donc en terme de style faites vous plaisir ! Par contre concernant la forme et le sizing, rien de mieux que l’essayage si c’est possible (comme toujours). Sauf si vous n’avez pas peur de ressembler à un abat-jour (private joke, il se reconnaitra je pense ^^).

Sélection

C’est cool d’en apprendre un peu plus sur une pièce mais c’est cool aussi de voir des labels sympas s’éclater sur cette pièce et nous proposer des créations originales ! Pour la peine, j’ai fait une petite sélection de labels et de quelques bobs que j’aime bien, n’hésitez pas à m’envoyer des marques en commentaire, je suis toujours curieux de découvrir de nouvelles pièces.

Je n’ai pas sélectionné énormément de marques, pour la simple et bonne raison que beaucoup de labels en proposent et que ce n’était pas le but de cet article de faire un listing. Dans tous les cas, voici les quelques pièces que j’ai sélectionnées :

18East

Marque américaine très sympa, je ne l’ai pas encore essayée mais j’aimerais vraiment. C’est un label hyper frais, beaucoup de motifs, de couleurs, ça m’inspire énormément. Le bob que j’ai sélectionné est en fait une collab avec Arkair, je le trouve absolument magnifique !

Crédit : 18East

Eastlogue

Un bob un peu plus coloré et encore une marque que j’apprécie énormément. Eastlogue est un label coréen qui mérite le détour, le design est vraiment excellent, il me tarde de l’essayer également (j’ai failli craquer sur une veste modulable, mais c’est un beau billet).

crédit : Eastlogue

TCB

Ce n’est pas un secret, j’adore TCB, si je devais m’acheter un bob en denim, je n’aurais aucune hésitation. Il est magnifique, rien à ajouter.

Crédit : TCB

EG

Un label incontournable et qui a fait du bob une marque de fabrique, assez volumineux et différent de ce qu’on a l’habitude de voir ailleurs. Ici, dans une configuration d’hiver que j’aime beaucoup. On l’oublie mais le bob a un vrai lien avec le mauvais temps et la pluie.

crédit : ECRU

Tenues

Pour compléter ce petit billet sur le bob, je vous propose 2 tenues avec des influences et des inspirations assez différentes.

Indigo lover

Du bleu, du bleu, du bleu.

Handmade | Borali | Ts(s)| Uniqlo | TCB | Converse | Akrone

Gilet du pêcheur

Je commence par le haut que vous connaissez déjà si vous avez lu mon article sur le vêtement noir. Il s’agit d’un gilet Ts(s), en coton et à poches, teinté dans un magnifique bleu nuit. Je ne l’ai pas encore beaucoup porté mais je suis impatient de voir son délavage dans le temps, il va s’éclaircir à pas mal d’endroits pour laisser apparaître un bleu plus vif.

Le tee habituel

On ne change pas une équipe qui gagne, il s’agit encore une fois d’un tee Uniqlo U. Le même que dans le précédent article que j’ai sorti ici avec Romi. Effectivement, c’est une pièce de fast fashion. Mais parce qu’il y a un mais, je consomme finalement assez peu de vêtements, je me permets donc quelques écarts de temps en temps chez Uniqlo. Le tout, c’est d’avoir une consommation « consciente » et de bien se rendre compte de l’impact de ce genre de produits. J’achète de moins en moins en fast fashion, j’essaye de diminuer petit à petit. Libre à chacun de consommer comme il le souhaite, évidemment, mais pensez-y (l’impact que tout cela peut avoir).

TCB forever

Comme vous le voyez, j’ai finalement assez peu de pièces, mais que j’adore porter. Le plus important pour moi, que les pièces vivent et soient portées. Je n’aime pas garder des vêtements qui restent enfermés dans une armoire.

La toile de ce TCB 50 devient plus belle de jour en jour, je ne saurais que trop remercier Colin de m’avoir fait découvrir cette marque. J’aimerais bien tenter dans un futur plus ou moins proche la coupe slim du 50. L’idée étant d’avoir un tapered size up dans une marque que j’aime bien. A méditer.

Des Converse “destroy”

Je ne crois pas les avoir déjà montrées ici, mais voici une paire de CT70 que j’ai teintée et peinte. A la base, je souhaitais simplement faire une teinture. Mais ça a mal tourné ahah. La teinture ayant taché la semelle, il a fallu que je trouve une solution pour rattraper tout ça… La paire étant perdue, j’ai tenté de la récupérer comme j’ai pu. Il me reste pas mal de bombes de peinture, je décide donc de peindre la semelle en noir en 1ère couche et en blanc par-dessus.

Un petit coup de vernis et là c’est la révélation ! Le vernis étant un peu vieux, il réagit avec la peinture et laisse une teinte jaunâtre sur la semelle. J’aime beaucoup cet effet vieilli, je décide donc de vernir les 2 semelles et de passer un petit coup sur les lacets pour les jaunir également.

Finalement, je me suis retrouvé avec une paire de CT « destroy » et je suis assez content du rattrapage ahah ^^

Une parka transformée

Pour les accessoires, je suis parti d’une parka militaire vintage. La sacoche est l’une des poches sur laquelle j’ai cousu une lanière pour en faire un petit sac d’appoint, bien pratique pour prendre un peu de matériel photo par exemple.

Le bob est issu de la même parka que j’avais teintée à l’indigo quelques mois auparavant. Le patron est maison et n’est pas parfait, je l’ai ajusté depuis. D’ailleurs, c’est ma copine qui le porte maintenant, il lui va beaucoup mieux.

Rain Ready

Handmade | Borali | Uniqlo | Engineered Garments | Nike

La cape du sith

Une cape noire Trove cousue dans une matière technique et imperméable. Elle est très légère, respirante et offre une super protection contre la pluie. Le seul choix de design qui m’interroge : l’absence de fermeture, il n’y a même pas un bouton par exemple. J’ai pu la tester, elle est vraiment efficace sous la pluie belge. En terme de style, on est encore une fois sur des volumes très généreux et amples.

Honnêtement, j’ai encore un peu de mal à l’intégrer à mes tenues. Ça reste une pièce assez « spéciale » à porter et à assumer. Je m’y fais petit à petit mais il faudra encore un peu de temps pour décider si je la garde ou non.

Tee tout en longueur

Encore une fois, Uniqlo pour le tee. Des manches longues, une poche plaquée, pas grand-chose à dire de plus si ce n’est que j’aime beaucoup la coupe, assez loose.

Fatigue Pants

Il s’agit d’un pantalon EG, de la ligne Workaday. Un fatigue pants tout ce qu’il y a de plus classique et dans une coupe très droite. Je le porte assez court pour un fit plus agressif. La couleur se marie finalement très bien avec du noir, c’est un combo qui me plait et que je referai certainement à l’avenir. Elle apporte un petit plus à cette tenue très sombre.

Des Nike full black

Pour les chaussures, je suis parti sur une paire entièrement noire pour rester dans la continuité de la tenue. Il s’agit des Nike Air Max 270 Bowfin. J’en parle un peu plus ici.

Accessoires pas accessoires

On a souvent tendance à penser que les accessoires ne sont pas indispensables ce qui n’est pas faux. Mais parfois, ils peuvent vraiment faire la différence ! Cette tenue sans les accessoires, ce n’est plus la même tenue. Pour moi, elle manquerait de punch.

Le collier Borali ramène un petit détail supplémentaire, de la couleur et de la lumière à l’ensemble. J’aime toujours autant le porter. C’est vraiment mon préféré de tous ceux qui sont sortis (j’attends un full black pour mes prochaines tenues par contre les gars ahah).

Et je terminerai par le bob, il s’agit encore une fois d’une pièce que j’ai cousue. Le tissu est une gabardine noire que j’avais déjà utilisée précédemment pour réaliser un manteau de ninja. Par contre, cette fois j’ai voulu tester de nouvelles choses. La construction est différente (pans et visière en un seul morceau) et il a été waxé avec la technique de Julien dans son tuto.

Pour le plaisir, je vous ai fait quelques photos de la récupération de la cire. Ma copine a un voisin qui fait du miel et qui a des ruches, il m’a très gentiment offert une partie de la ruche ! Du coup, on est sur une cire totalement bio et locale. Je n’ai pas fait de photos du reste du processus car Julien l’avait très bien expliqué dans son article.

A bientôt pour un nouvel article, si vous avez des idées ou des envies de sujets à aborder, n’hésitez pas à mes les soumettre 😉

Qube

PS : pour les curieux, j’ai fait un test d’imperméabilité sur mon insta 

Par Qube

A l'opposé de mon pseudo, je suis tout sauf carré, je suis surtout barbu et passionné... Par l'horlogerie, la photo et la sape.

Un style pointu et des conseils simples

Inscris-toi pour rejoindre notre communauté et ne rien rater de l'actualité du site. Derniers looks, conseils et contenus exclusifs, c'est tous les mardis dans ta boite mail.

Inscris-toi pour rejoindre notre communauté et ne rien rater de l’actualité du site. Derniers looks, conseils et contenus exclusifs, c’est tous les mardis dans ta boite mail.