Le guide du denim : tout savoir sur la toile de ton jean

La dernière fois, on a vu ensemble comment comprendre les coupes de jean à la japonaise et comment choisir la bonne taille selon son style et sa morphologie. On continue sur notre lancée en parlant aujourd’hui toile de jean, très certainement la deuxième chose la plus importante avec le fit ! Je vais t’aider à décrypter le jargon de base à connaître, et surtout à comprendre les réalités concrètes derrière tous ces mots barbares. Tu trouveras également quelques conseils pratiques en fin d’article, comme une réponse à cette question fondamentale : « faut-il se rouler dans de l’eau de mer et ne pas laver son jean pendant deux ans pour obtenir de beaux délavages ? »

toile jean denim hatski one wash used
de gauche à droite: une toile brute / one wash / délavée après 3 ans (jeans Hatski de Boras)

Tu commences à avoir l’habitude, on passe toujours par l’étape révisions avant d’entrer dans le vif du sujet. Je pourrais simplement te faire un listing de tous les termes, te donner leurs significations et m’arrêter là. Mais le denim est une matière particulière. Quand on parle de qualité, de toiles japonaises, d’irrégularités et de différences avec les toiles produites en masse, il faut déjà comprendre comment on en arrive là.

Qu’est-ce qu’un denim de qualité ?

Je ne vais pas monologuer trop longtemps sur les processus industriels qui permettent de tisser une toile denim, mais je pense qu’il est assez intéressant de savoir comment on arrive concrètement à un bon jean. On va revenir ici sur les grandes étapes de la création d’une toile brute, histoire de poser les bases.

(Et si tu veux vraiment approfondir, petit teasing : le lexique made in Borasification est en cours d’écriture…).

La préparation du coton

Une toile denim est toujours, ou presque, faite de plusieurs cotons d’origines et de caractéristiques différentes (c’est ce mélange qui va apporter son caractère à la toile). Évidemment, on trouve différents grades de qualité selon les cotons utilisés.

cotton toile denim sea island
Coton “Sea Island”, Barbades.
orlebarbrown.com

La chose la plus importante est la longueur des fibres, c’est le même principe que pour la laine ou le cachemire. Plus les fibres utilisées sont longues (long staple), plus la toile sera résistante et douce. Des fibres courtes ont logiquement tendance à casser plus facilement. Une toile faite de cotons à fibres longues montrera plus d’irrégularités et un aspect moins uniforme que les toiles cheap des grandes enseignes. Certaines espèces comme le coton Sea Island, Finx (Egypte), ou zimbabwéen sont particulièrement recherchées.

Récolte et filature

Le coton est récolté, puis débarrassé de ses impuretés. Il est ensuite filé en bobines selon des processus qui varient et qui auront une incidence sur l’apparence finale de ton jean :

  • open-end spinning: la méthode la moins chère, utilisée à partir des années 70. Produit des toiles uniformes.
  • ring spinning / double ring spinning: la méthode originale inventée au début du 19ème siècle. Plus lente, mais produit des fils plus doux et résistants qui donnent de meilleurs délavages sur le long terme.
machine ring spinning cotton
Ring spinning : les fils de coton sont tournés en bobines
saurer.com

Je ne vais pas rentrer dans les détails techniques, mais la méthode choisie va grandement influer sur le résultat esthétique de la toile. Si tu es un puriste du denim japonais, que tu aimes les irrégularités et le caractère, alors ce sont les mots ring spun denim que tu chercheras dans les fiches produits. Si tu préfères l’apparence homogène du denim moderne dans des styles tailoring à l’italienne par exemple, alors un fabricant comme Candiani aura tout ce qu’il te faut. (Pas besoin de te faire de dessins quant aux préférences de la maison)

Teinture des fils

On sépare les fils de chaine (fils qui seront teints à l’indigo ou warp) et fils de trame (fils qui resteront blancs ou weft). On procède ensuite à la teinture à l’indigo pour les fils de chaine. Encore une fois, de nombreuses méthodes industrielles existent.

machine rope dyeing denim indigo
Rope dyeing : les fils de coton sont regroupés en “cordes” et plongés dans le bain d’indigo.
robindenim.com

Tu peux retenir que la meilleure est le rope dyeing qui permet de teindre uniquement en surface et d’obtenir au final de meilleurs délavages dans le temps. En ce qui concerne l’indigo, sache qu’on utilise depuis le début du 20ème siècle une teinture synthétique. L’indigo naturel provenant des plantes, qui produit des délavages moins marqués, a été progressivement remplacé et n’est utilisé que par une poignée de marques aujourd’hui.

Le tissage de la toile

Une fois les fils teints, on arrive à l’étape qui t’est peut être la plus familière : le tissage des fils préparés, c’est à dire l’entrelacement par le métier à tisser des fils de chaine et de trame (ce qu’on appelle warp and weft).

toile tissage warp weft
On appelle l’entrelacement des deux fils “l’armure”. Pour le denim, on parle de “sergé” blog.treasurie.com

Une toile « selvedge », c’est quoi ?

Pour faire simple, retiens que deux types de machines à tisser existent et que ceci va définir la nature de la toile :

  • Les métiers à tisser à navette (ou shuttle looms)
  • Les machines à tisser à projectile (ou projectile looms)

Une toile dite selvedge (littéralement self-finished edge) se reconnait par le fameux liseré selvedge présent au niveau de l’ourlet et qui remonte le long de l’intérieur de la jambe. Seul un métier à tisser à navette peut produire une telle toile. Ces vieilles machines qui produisent en petites quantités (et assez lentement) ont été progressivement remplacées par les métiers à tisser à projectile qui tissent une toile non-selvedge plus rapidement et d’une taille bien plus importante.

métier à tisser à navette vintage kojima denim selvedge
Métier à tisser à navette, on peut voir la bande de tissus selvedge et sa taille caractéristique. redcastheritage.com
liseré selvedge jean hatski loose tapered one wash
Liseré selvedge sur un jean Hatski

Encore une fois, je ne rentre pas ici dans les détails. Retiens seulement quun métier à navette tisse avec une tension moindre et irrégulière, ce qui donne un grain et un caractère unique à la toile. Le liseré selvedge est donc un premier bon indicateur d’une toile de qualité (pense quand même à vérifier qu’il ne s’agit pas d’un faux liseré cousu par une marque un peu fourbe).

Types de tissages et leurs particularités

Selvedge ou non, les métiers peuvent tisser les toiles selon différentes manières. Un vocabulaire que tu peux retrouver dans les fiches produits des jeans haut de gamme :

  • right hand twill (la méthode la plus commune. Lignes qui vont de haut à droite jusqu’en bas à gauche. Le denim est plus compact et resserré).
  • left hand twill (tissage inversé, permet une toile plus douce et souple).
  • broken twill (inventé par Wrangler en 1960 pour résoudre le problème du leg twist. Tissage en zigzag).
guide toile jean tissage right hand twill
Right hand twill
guide toile jean broken twill denim
Broken twill
rivetandhide.com

Ici, pas de choix meilleur qu’un autre. Ce n’est qu’une question de préférence personnelle et c’est moins important que le reste. Comme on parle ici d’une toile brute (raw), pas d’étape supplémentaire après le tissage! Les rouleaux de toiles sont la plupart du temps envoyés à la marque qui se chargera de faire monter le jean.

Le traitement de la toile et son importance. Comprendre le vocabulaire et ses enjeux

Bon, si tu as bien suivi tu sais maintenant qu’une toile de jean de qualité est le résultat heureux d’un ensemble de choses. Il ne suffit pas d’avoir un liseré selvedge ou deux rivets cachés sur son jean pour en repérer une, car toutes les étapes de fabrication influent sur le résultat final. Si tu cherches « le jean brut selvedge ultime » (le vrai), il te faudra au minimum :

  • Un mélange de cotons aux fibres longues
  • ring-spun
  • Puis rope-dyed
  • Tissés sur un métier à tisser à navette / shuttle loom
open end spun denim slasher dyed toile jeanring spun denim rope dyed cotton toile denim

Délavages de deux toiles fabriquées différemment. À gauche : open-end spun / slasher dyed cotton. À droite : ring-spun / rope-dyed cotton. La différence, peu visible quand le jean est neuf, est très impressionnante après quelques années. permanentstyle.com

Et quand le jean est monté, on arrive à la deuxième partie du problème : les finitions et le traitement de la toile brute avant la vente. Raw, One-wash, UnsanforizedIl devient rapidement assez difficile de se retrouver dans tout ce jargon technique, surtout quand le marketing s’en mêle et gomme les différences entre ce qu’est un véritable jean « brut » et les jeans aux toiles ultra-traitées qui n’ont de brut que la couleur (et encore…). On va parler ici des différents traitements que peut subir une toile en denim, et leurs conséquences concrètes à l’usage.

Qu’est-ce qu’un jean « brut » (ou raw) ?

Rien de plus simple en théorie ! Un jean brut au sens premier est un jean teint à l’indigo dont la toile n’a pas du tout été traitée après le tissage et le montage.

guide toile denim brut phi jeans
jean Phi Denim raw (la toile brille légèrement)

Mais on nomme globalement tous les jeans qui ne sont pas délavés des « bruts » en référence aux teintes foncées de l’indigo. On peut également parler de jeans bruts pour désigner des toiles sanforized et unsanforized, ce qui est techniquement un non-sens! C’est surement encore du chinois pour toi, alors je te propose un mini lexique pour que tu puisses décrypter les adjectifs qui vont vraiment venir préciser tout ça.

Unsanforized / Shrink-to-fit

Historiquement, tous les jeans étaient « bruts ». Les toiles étaient tissées sur des métiers à navette (selvedge, donc) et ne connaissaient aucune finition supplémentaire. Les fibres de coton non traitées se rétractant naturellement au contact de l’eau, les jeans de l’époque rétrécissaient énormément et devaient être achetés une à deux tailles au-dessus (quand le size-up était la norme).

arashi denim toile denim raw one wash
Toiles japonaises unsanforized sur deux vestes Arashi Denim (raw et one-wash)

Depuis les années 30 on utilise le « sanforisage » (ou sanforization), du nom de son inventeur Sanford Lockwood Cluett. Un processus mécanique qui permet de pré-rétrécir le denim grâce à de la vapeur d’eau et des rouleaux chauds qui viennent compresser le tissus humidifié afin de le stabiliser. Un denim unsanforized désigne simplement un jean dont la toile n’a pas connu ce processus et qui se comportera comme à l’ancienne (comprendre : un rétrécissement entre 5 et 12% au premier lavage…). Même chose pour le terme shrink-to-fit ! C’est seulement l’appellation utilisée par Levi’s pour désigner sa gamme de jeans bruts unsanforized.

Loomstate

Loomstate, littéralement « état de métier à tisser », est un adjectif qui est parfois employé pour décrire un jean dont la toile n’a subit absolument aucun traitement. Le plus pur état du denim, en somme !

naked and famous loomstate toile denim jean raw
Jean Naked And Famous loomstate teint à l’indigo naturel

La toile garde toutes ses qualités, irrégularités, et se comportera différemment d’une toile traitée. Pour les jeans désignés comme unsanforized et loomstate, mieux vaut ne pas retoucher quoi que ce soit avant le rétrécissement !

Sanforized

Un jean sanforized a connu le processus de sanforisage décrit plus haut, ce qui permet de limiter le rétrécissement de sa toile lors des premiers lavages (entre 1 et 3%). L’écrasante majorité des jeans vendus aujourd’hui sont sanforized, ce qui te permet de choisir tranquillement ta taille en magasin sans sortir de Polytechnique. Malheureusement, le rendu de la toile sera plus lisse, plus régulier, et le délavage prendra plus de temps !

unsanforized sanforized one wash comparison
Comparaison entre les trois finitions. Le jean Momotato sanforized présente un aspect plus lisse et homogène.
blueowl.us

One-wash

Voila un autre terme qu’on retrouve énormément dans le monde du denim. Choisir un jean en one wash est surement le meilleur compromis pour la majorité des gens. C’est tout simplement un jean dont la toile est unsanforized, mais qui a été pré-lavée par la marque en usine afin que le travail ne soit plus à faire par le client.

arashi denim japanese denim one wash brut
Comparaison entre toile raw et one wash (à gauche)

Une toile unsanforized et one wash conserve les avantages d’une toile non traitée et d’une toile traitée à la fois. Du caractère, du charme, et pas de rétrécissement qui vient gâcher la fête.

Conseils pratiques

Maintenant qu’on a vu tout le jargon ensemble et que tu connais les différences entre les toiles, on va s’intéresser un peu aux détails. Poids, fades, couleur, rigidité, caractéristiques particulières comme le nep ou le slub… Le traitement de la toile n’est qu’un paramètre parmi d’autres.

jeans japonais toile brut raw one wash bleach slub neppy used

On va voir ensemble les choses les plus importantes pour bien clôturer ce gros dossier pratique !

Le rétrécissement

On a vu ça plus haut, mais la question du rétrécissement (shrink) est primordiale quand on parle de toiles brutes. Il faut toujours garder en tête que le jean que tu achètes raw va subir des rétrécissements consécutifs au cours des premiers lavages à la main ou en machine.

post soaking jean raw
Un jean unsanforized après lavage, on peut voir que les fibres se sont contractées au contact de l’eau
blueowl.us

Si tu ne veux pas te prendre la tête et que tu ne te considères pas comme un “puriste” du denim, alors je te conseille de simplement d’acheter un jean one-wash ou sanforized (si tu préfères par exemple l’aspect lisse et souvent un peu brillant de cette finition). Si au contraire tu veux tenter l’expérience du siècle dernier avec une toile instable, alors un jean loomstate sera parfait pour toi.

Le poids de la toile

Un paramètre dont on a pas encore parlé, l’épaisseur de la toile (mesurée en .oz). C’est une donnée que tu retrouves très régulièrement sur les fiches produits et qui a son importance. Des exceptions existent, mais tu peux retenir qu’en règle générale une toile brute est plus lourde qu’une toile délavée (used ou bleach).

naked and famous 32 oz jeans raw
Un jean Naked and Famous avec une toile 32 .oz qui tient debout tout seul, parfait pour l’été (breton)
heddels.com

On considère que les jeans plus clairs sont plus souvent portés au printemps ou en été, alors que les jeans bien foncés sont portés avec des vêtements plus épais en Hiver ou alors toute l’année. Maintenant, délavée ou non, je te conseille de partir sur un poids compris entre 12 et 16 .oz. Une toile trop épaisse sera surement trop rigide, chaude, et aussi moins résistante (les frottements sont à éviter un maximum).

Lavage et fades

Certains ne jurent que par la toile raw et les fades qui viennent avec (délavages très marqués), d’autres préfèrent quand le jean est vendu avec un effet used ou damaged (délavage industriel) ou avec une toile uniforme et sans grain. En règle générale, une toile de très grande qualité se délavera bien mieux qu’une toile moins bien fabriquée. Logique. Et on a pu le voir ensemble, une toile raw donnera également des délavages plus intéressants. Comme pour la question du rétrécissement, je te conseille une fois encore de partir sur une toile one-wash. Acheter du loomstate, c’est surtout vouloir vivre une autre expérience du denim, mais tu n’auras pas in fine de différences majeures à long terme avec une toile one-wash pré-lavée industriellement.

visvim soulive damaged denim
Jeans Visvim et Soulive, délavages industriels de type damaged

Une culture du délavage

Deux grandes approches du délavage dans le monde du denim qu’on peut globalement résumer ainsi : celle des puristes occidentaux et celle des puristes japonais. Les occidentaux auraient une préférence pour les fades ultra marqués, alors que les asiatiques seraient au contraire en faveur d’un délavage plus subtil et homogène. Je ne veux vraiment pas faire de généralité, il est évident qu’on voit également des délavages très impressionnants en provenance du Japon, et que tous les occidentaux ne poncent pas leurs jeans. Mais c’est peut être une différence culturelle qui pourrait s’expliquer facilement. Les japonais découvrent le jean par le biais des américains, des jeans qui étaient dans les années 60 et 70 lavés en machine, passés au sèche linge et laissés à la merci du soleil californien. Les collectionneurs de vintage auraient naturellement essayé de reproduire ces délavages très clairs et uniformes.

Ne pas laver son jean ?

Depuis que les jeans bruts ont regagné en popularité ces dernières années, toute une mythologie autour du denim s’est construite. Entre croyances populaires et conseils parfois douteux, on se retrouvait avec des gens qui avaient finalement peur de laver leurs jeans en coton… Comme souvent, ce genre de rumeurs finit par envahir internet. Le résultat ? Des jeans sales qui se désagrègent, notamment au niveau de l’entrejambe.

toile denim soaking unsanforized
Le shop Blue Owl a sur son site un très bon guide pour tout ce qui concerne le lavage des jeans unsanforized
blueowl.us

Il faut évidemment laver son jean, et ne pas le mettre au congélo ou l’aérer deux heures à la place. Question d’hygiène, et aussi de durabilité. Quand les bactéries s’accumulent, elles finissent par fragiliser la toile et le résultat est contreproductif. Si tu souhaites avoir des délavages marqués, tu peux très bien le laver à la main dans ta baignoire par exemple. Un conseil qu’on retrouve souvent sur les jeans japonais haut de gamme.

Laver en machine pour un délavage plus homogène

Ma méthode privilégiée, c’est de ne pas me prendre la tête avec le lavage d’une pièce en coton et de mettre directement le jean dans la machine. Et régulièrement ! Si comme moi tu préfères que le délavage reste assez uniforme / ne soit pas trop marqué, c’est une méthode qui fera très bien le job.

Mon conseil lavage en machine: retourner le jean en son envers, attacher le bouton du haut pour préserver sa forme, laver à 30 degrés et essorage 600tr/minutes maximum en programme (assez) court.

Le conseil lavage de jean de Boras: il y a 10 ans, j’attendais beaucoup avant le premier lavage. J’en suis revenu. Aujourd’hui, je te conseille de laver ton jean brut / one wash dans une bassine d’eau tiède la première année. Au fur et à mesures des bains, l’indigo va dégorger sans risque de trait blanc. Une fois le délavage marqué, tu peux le passer en machine comme le préconise Nicolas juste au-dessus. Tu auras une patine prononcée sans avoir un jean sale.

hatski denim loose tapered jeans washed 3 years
à droite le jean Hatski de Boras après 3 ans de porté quasi quotidien, au milieu sa toile one wash à l’origine

Des toiles plus originales ?

Avant de terminer cet article, j’aimerais revenir sur ce dont je n’ai pas du tout parlé. Je suis par exemple parti du postulat qu’un jean brut est composé d’une toile en 100% coton, pour faire plus simple. Mais le monde du denim bouge beaucoup, et des toiles hybrides existent. Un exemple me vient en tête, le jean Hatski regular tapered “washi”.

namu-shop.com

Fabriqué à partir d’une toile en coton et papier, ce jean à pour principal avantage d’être plus léger qu’un brut classique de la marque, sans pour autant sacrifier la texture. Je pense également aux jeans en lin que peut produire la marque française Daodavy.

Low -tension, slub, nep…

Pour finir, j’aimerais aussi te montrer quelques images de toiles un peu différentes. Une bonne excuse pour apprendre des nouveaux mots ! Le nep (on parle alors de toile neppy) désigne une toile qui présente à sa surface de petites peluches blanches, un peu comme de la neige.

toile jean neppy borali noragi one wash aurora
Toile neppy de la noragi “Aurora” Borali
toile jean phi denim low tension brut
Toile low tension d’un jean raw phi denim

On obtient ce résultat par exemple en tissant avec de vieux métiers à tisser qui ont tendance à produire ces irrégularités. Il est également possible de les accentuer avec certaines espèces de cotons ou simplement en décidant de ne pas bruler les peluches à la surface lors de la fabrication. Une toile low tension est créée en réglant la machine de manière à baisser la pression exercée sur la toile : on obtient alors plus d’irrégularités et un tissage plus lâche et aéré.

toile denim jean slub et neppy
Toile slub à gauche, neppy à droite

Enfin, une toile dite slub désigne un denim tissé à partir de fils de trame (warp, les fils teints à l’indigo) qui varient en épaisseur. En résulte une apparence beaucoup moins uniforme et une main différente. Le slub poussé à l’extrême (par exemple en réglant la machine en low tension) peut donner des résultats extrêmement texturés (et peu discrets). Je ne t’ai montré ici qu’une poignée d’exemples de ce qu’il est possible de faire avec du denim, à toi de voir si tu préfères quelque chose de simple ou d’un peu plus barré !

Le mot de la fin

Voilà pour le guide du denim et les principales choses à connaître sur les toiles de jean. C’était un gros morceau, et je me suis efforcé de dire les choses d’une manière simple et utile pour toi. Si je ne pouvais pas écrire cet article sans rentrer un minimum dans la technique, j’espère que c’était assez clair (tu peux poser des questions en-dessous, si jamais). Et si quelqu’un dans ton entourage ne comprend rien au monde du jean, partage le guide !

Cet article devait être originellement écrit par Colin, un vrai denim-head. On lui doit notamment un excellent sujet sur les passionnés de TCB. Il raconte sa visite à l’usine et sa rencontre avec le fondateur de la marque, ce qui n’arrive pas tous les jours. Je te conseille vraiment d’aller voir ça ! Je te remets également le lien ici pour l’article sur les coupes, si jamais tu l’avais raté tout à l’heure.

Par Nicolas

Fatigue pour les intimes.

Un style pointu et des conseils simples

Inscris-toi pour rejoindre notre communauté et ne rien rater de l'actualité du site. Derniers looks, conseils et contenus exclusifs, c'est tous les mardis dans ta boite mail.

Inscris-toi pour rejoindre notre communauté et ne rien rater de l’actualité du site. Derniers looks, conseils et contenus exclusifs, c’est tous les mardis dans ta boite mail.